Opinions

Le Premier ministre Sir Anerood Jugnauth, est intervenu la tribune des Nations unies, à New York, vendredi dernier, et on croit comprendre que c’était la...

En démissionnant vendredi dernier de toutes les instances du MMM, le Dr Zouberr Joomaye a peut être offert un beau cadeau au parti des mauves pour ses quarante-...

Ceux qui ont conseillé à Zouberr Joomaye de démissionner du MMM 48 heures avant la tenue d’un congrès marquant le 47e anniversaire de ce parti...

C’est du temps perdu. Le pot de terre ne gagnera jamais contre le pot de fer.
Combien de fois n’avons-nous entendu cela au sujet des Chagos?
Pourtant...

Avec l’implacable marche du temps, que nous rappelle constamment et sans relâche ce petit compteur invisible et infaillible — de l’état civil,...

Scope

Elle rit, s’émeut, crie, mais ne craque pas. On ne percera pas la carapace. On l’ébréchera à peine, le temps pour “maman” de confier les gentilles réprimandes faites par les enfants. C’est vrai qu’elle a été sur tous les fronts cette année. Après une vingtaine de scènes européennes avec Mauravann, elle chauffait à blanc une salle bondée d’enfants du ghetto venus célébrer le retour des Otentikk Street Brothers. Moins d’une semaine après, autre décor, autre public : Sister Marie Clarence resplendissait dans Sister Act. Le voile mis de côté, elle arbore des dreads. Ce sera sa coiffure pour la troisième édition de ce qui est devenu un rendez-vous musical incontournable : Koze Fam.

Bâtie en 1908, l’Auberge de Saint-Aubin n’a pas pris une ride. Au contraire, la demeure resplendit de beauté. Niché au cœur d’un immense jardin tropical...

L’île aux Aigrettes est un peu le miroir de l’endémicité du pays. On y trouve beaucoup d’espèces endémiques et indigènes de Maurice. Dans...

21 sep 2016

Pravind couronné sans bénédiction populaire. C’est faire un enfant dans notre dos (aucun rapprochement avec Nandanee. Concédons néanmoins que l’Italie réussit à Madame. Elle embellit à chaque apparition médiatique). Revenons à nos moutons. Pas ceux atteints de fièvre. Ne trouvez-vous pas que la passation de pouvoir s’apparente à un mariage arrangé ? On veut profiter de notre impossibilité de réagir pour profiter de nous ! Pieds et mains liés, nous ne pouvons que hurler au viol !

Interprétation comique des mœurs populaires. La création de Miselaine Duval agit comme un miroir réfléchissant dans lequel le spectateur se reconnaît et prend conscience de ses défauts. Le quatrième épisode de Fami pa contan n’échappe pas à la règle. La reprise du week-end dernier remet en scène Bruno Raya et la comédienne française Virginie Raoul. Ceux ayant raté cet épisode ont profité des prolongations. Sans doute une occasion pour clouer au pilori les a priori, les préjugés cultivés par les uns envers les autres, pour raisons de culture ou de faciès différents. Cette intolérance frise le racisme. La pigmentation est encore critère d’estime ou de dédain. La pièce le démontre par la ridicule valorisation d’une culture française mise en opposition au mépris de Marie-Jeanne Bavière (Miselaine Duval) envers les Mauriciens. Ce personnage en effet n’assume pas sa mauricianité.

À l’initiative de Sébastien Rousset et de Morgane Lagesse, le film documentaire En quête de sens sera projeté du 30 septembre au 6 octobre au MCine de Trianon à la séance de 19h. Il s’agit d’un film qui relate le parcours de deux amis qui vont à la rencontre d’e plusieurs personnes sur 3 continents en quête de réponses sur notre vision actuelle du monde.

La première exposition de Max Sungkur à Maurice est la somme d’un parcours artistique. Elle est également en quelque sorte le journal intime de quatre années passées dans la capitale française à étudier les beaux-arts. L’intimité féminine est un thème de prédilection du peintre. Il est en effet sensible aux courbes des femmes. Sans doute parce qu’il a grandi au sein d’une famille d’artistes, entouré de présence féminine… La nudité dans les créations de Max Sungkur est une émotion sensible, captée et retranscrite du bout des pinceaux, à travers des couleurs vives.

Artee, 39 ans, est atteinte d’un cancer du côlon. Selon son médecin, il ne lui reste que quelques mois à vivre. Son quotidien est fait de souffrances physiques et morales. Elle se sent coupable de devoir laisser les siens alors qu’ils ont encore besoin d’elle. Allongée sur son lit, elle raconte.

Dr Boyzini ne voulait plus opérer sa magie musicale après l’épisode de brutalité policière survenue en décembre 2015. Il se terrait chez lui et ne sortait que très rarement. Le temps a fait son travail et l’artiste qui sommeillait en Borghini Naidu s’est réveillé, donnant naissance à un nouvel album, I’m Borghini. Il revient en homme transformé, avec un son intensément reggae, très loin des airs rapides et dansants qu’on lui connaissait, dans des chansons majoritairement en français,

TurfProgramme & Résultats

La belle série continue pour Gilbert Rousset et Bernard Fayd'herbe. Après Charles Lytton dans la Princess Margaret Cup, ce duo s'est signalé en la faveur d'un doublé signé Melson et Karraar. Ce dernier inscrivait sa sixième victoire consécutive et rêve désormais de la Coupe d'Or, dernier classique de notre calendrier. Outre Fayd'herbe, Swapneal Rama s'est également offert un doublé pour le compte d'Alain Perdrau, qui en profita pour mettre fin à une période de disette. Vincent Allet et Jeanot Bardottier retrouvèrent également le sourire grâce à Istiqraar. Les autres lauréats de la journée se nomment Saniesh Ramgopal (Young Royal), Vijay Anand Bundhoo (Unbridled Joy) et Rye Joorawon (Speed Limit). Présenté comme la certitude de la journée, Karraar n'a pas déçu ses partisans dans The Radio Plus 14th Anniversary Trophy, l'épreuve principale de la journée réservée aux coursiers de la C2 (B66). Ce coursier d'origine australienne enregistrait sa sixième victoire d'affilée, montant davantage dans l'estime de son entourage qui a annoncé La Coupe d'Or comme son prochain objectif.

Donavan Mansour, le leader au classement des jockeys, a été suspendu pour deux journées et condamné à payer une amende de Rs 25 000 pour n'avoir pas mont...

Karraar n’est pas prêt de s’arrêter en si bon chemin. Le cheval appartenant à un groupe de propriétaires bien en vue chez Gilbert Roussset a une fois de plus...

22 sep 2016

Tout le monde se demande où s’arrêtera Karraar ou qui pourra mettre un terme à sa série victorieuse. Cinq victoires à la suite, c’est le parcours qu’il a réalisé jusqu’ici. Après une première réussite en C7 et quatre autres victoires, il a été pénalisé d’un total de 23 points pour affronter de bien meilleurs chevaux cette fois. Ce sera le test qu’il lui faudra passer avant d’entrer dans la cour des meilleurs.
Est-ce que Karraar possède la classe voulue pour évoluer à ce niveau de la compétition ? La réponse n’est pas facile, dans le sens où il retrouve sur sa route des compétiteurs qui ont déjà fait leurs preuves. Cependant, il a pour lui la jeunesse et une marge de progression qui reste encore possible car on l’a vu dans une condition améliorée cette semaine. Sa petite chute au centre Guy-Desmarais il y a quelques semaines fait partie du passé. Au contraire, il semble que cet incident ait joué en sa faveur. Gilbert Rousset avait entré trois chevaux dans la course, mais a sans doute trouvé que Karraar était assez costaud pour se défendre seul.
 

Kevin Ghunowa s’est retrouvé avec des amendes totalisant Rs 50 000 à l’issue de la 25e journée. Le Mauricien a été une première fois pénalisé pour une faute d’interférence (Rs 30 000) et une seconde fois pour avoir trop repris son cheval, gênant directement et indirectement trois chevaux qui suivaient sa monture. Il aura à payer une amende de Rs 20 000 pour cette faute. Swapneel Rama s’est aussi retrouvé parmi les punis. Les Racing Stewards lui ont infligé une amende de Rs 25 000 pour négligence et il a reçu un severe warning pour sa monte sur Cula. Sunil Bussunt a, lui, été sanctionné d’une mise à pied d’une journée.

La cravache de l’entraînement R. Gujadhur a fait un nouveau pas vers son premier titre de jockey champion samedi dernier à la faveur d’un nouveau triplé, son 3e de la saison. Avec maintenant 33 victoires au compteur et neuf longueurs d’avance sur son dauphin Rye Joorawon à dix journées du terme, autant dire que les choses se présentent sous les meilleurs auspices pour le Sud-Africain, que Turf Magazine a rencontré à l’issue du 25e acte.

Shirish Narang est sur un petit nuage en ce moment. C’est le cas de le dire puisque l’entraîneur a ramené au moins un gagnant à chacune des cinq dernières journées de compétition. Samedi dernier, c’est Step To Fame qui lui a permis de maintenir sa série victorieuse et de conforter par la même occasion sa place dans le Top 5 avec Rs 4 544 500 de gains pour la présente campagne.

Après un Maiden 2016 de rêve avec Parachute Man, puis une journée sans victoire, Rye Joorawon a réagi en reprenant son winning trend lors de la 25e journée. Un nouvel état d’esprit du recordman de victoires au Champ de Mars qui ramène sa marque à 327 gagnants avec le doublé Nadas-Memphis Mafia. Du coup, il reprend son deuxième rang (24 victoires) au hit-parade des jockeys, délogeant Swapneel Rama qui a fait chou blanc samedi.