Photo illustration

Dans une vidéo postée sur sa page Facebook dans la matinée du lundi 28 septembre, Aruna Gangoosingh affirme qu’elle n’a pas refusé le test PCR mais qu’elle a réclamé un test sanguin.

« J’ai accepté de subir le test PCR en France. Les résultats sont tombés en moins de 24 heures. J’ai eu un malaise dans l’avion et j’ai demandé une assistance médicale qui m’a été refusée », dit-elle.

Et d’ajouter : « Mo pann dir mo pa pou fer Kovid Test, monn dir ki mo pou fer test Kovid sanguin parski mo nene ti pe segne e inn pran enn proporsion dezenere », soutient-elle.

Elle parle aussi de brutalités policières et avance qu’elle bénéficie d’un soutien psychologique à l’hôpital. Elle met en garde toutes les personnes qui l’accusent de faire du cinéma. « Mo donn zot randevou dan lopital Candos. Vinn get mwa ! », avance-t-elle.


Aruna Gangoosingh accepte finalement le test PCR

Aruna Gangoosingh, qui fait l’actualité au cours de ces dernières 24 heures pour avoir refusé de se soumettre à un test PCR à son arrivée à Maurice, a finalement accepté d’être soumise audit test. Selon une source autorisée du ministère de la Santé, la Mauricienne a donné son consentement vers 9h30 ce matin. Elle se trouve toujours à l’hôpital Victoria, à Candos.

Aruna Gangoosingh a en effet été soumise au test PCR vers 9 h30 ce lundi en salle d’isolement à l’hôpital Victoria, à Candos. Selon les informations à ce matin, elle est toujours à l’hôpital, car elle s’est aussi plaint de “wounds and bruises” causés par la police pendant qu’on la transportait de l’aéroport jusqu’au centre de détention à Vacoas. Mais elle a déjà subi un examen médical à cet effet.

Aruna Gangoosingh est arrivée à Maurice hier matin par le vol MK 113 en provenance de Paris. Elle a refusé de se soumettre à un test PCR à l’aéroport, ce qui constitue une infraction à la loi, à savoir la Quarantine Act. Devant son refus, elle a été conduite au centre de détention de Vacoas vers 16h50. Avant son arrestation, elle a fait une vidéo dans laquelle elle déplore le traitement qu’elle a reçu dans l’avion et à l’aéroport et fait appel à l’intervention du leader de l’opposition, Arvin Boolell, ainsi qu’à Bruneau Laurette.

Dans la vidéo, Aruna Gangoosingh déplore s’être vue refuser une assistance médicale qu’elle avait réclamée en vol. « Mon épouse, Shilla, et moi étions à l’aéroport et nous avons assisté à toute la scène. Mais nous étions impuissants face à cette situation. Ma fille ne voulait rien entendre », dira Rajen Gangoosingh, le père. Puisque c’est une infraction à la loi, la jeune femme a été conduite au centre de détention de Vacoas en fin d’après-midi, dimanche. « Aruna est arrivée au centre de détention vers 16h50. Mon épouse et moi étions là également. Elle était toujours en train de crier. À un moment donné, mon épouse n’a pu se retenir et est partie la serrer dans ses bras. Du coup, elle a été envoyée en isolement et soumise à un test PCR », se lamente Rajen.