- Publicité -

Bien-être animal : Lancement du projet de deux cliniques mobiles et de parcs de sauvetage

Quatre Tilapat lance un appel à la générosité et à l’implication citoyenne

- Publicité -

Fournir des soins vétérinaires pour chiens et chats abandonnés, blessés, malades, offrir différents services tels que le microchipping, organiser des campagnes de stérilisation massive ainsi que des campagnes de sensibilisation à travers l’île…

L’objectif: plus de chiens errants sur les rues d’ici à quatre ans. Tel est le but du projet national de deux cliniques vétérinaires mobiles lancé par Linley Moothien, président de l’association Quatre Tilapat et de Javed Vayid. Des “release parks” font aussi partie du projet sociétal et “citoyen qui sera financé par les citoyens” pour une île Maurice nouvelle et meilleure. Car la mise en pratique de l’initiative Nou Roul Ansam dépendra de la générosité et de l’implication de tous. Entourés des membres de diverses ONG, les deux hommes ont présenté ce projet hier à la presse. C’était au Hennessy Park Hotel, à Ebène.

Nou roul ansam marque le début du projet national lancé par Linley Moothien et l’entrepreneur Javed Vayid. Mettre l’expertise des professionnels de la santé animale et des secouristes au service de la communauté en matière de soin aux animaux domestiques à des prix forfaitaires. Tel est le projet que souhaite développer le président de l’association Quatre Tilapat, déjà propriétaire d’un refuge à la Brasserie. L’objectif: plus de chiens errants sur les rues d’ici à quatre ans, ce qui signifie, selon eux, que la MSAW n’aura plus sa raison d’être.

Pour arriver à son objectif, la concrétisation du projet dépendra, précise-t-il, de la générosité et de l’implication des citoyens. Les deux cliniques vétérinaires mobiles permettront de sillonner l’île afin d’offrir une gamme de services et aussi d’aller sur différents sites à la rencontre des propriétaires d’animaux afin de les sensibiliser sur le bien-être animal et sur l’importance de la stérilisation.

Chiens et chats abandonnés

«Il ne se passe pas un jour sans que nous ne soyons informés de cas de chiots, chatons, chiens et chats abandonnés sur les routes. Malades, blessés, amaigris et affaiblis, ils méritent les premiers soins et non l’euthanasie», dit Linley Moothien. Pour lui, en ce qui concerne certains propriétaires, «passée la période d’émerveillement devant le chiot, le chien ensuite devient encombrant. Il est alors délaissé, privé de soin, tombe malade. D’où notre projet national».

Ainsi, explique-t-il, la clinique mobile du projet Nou roul ansam sera équipée pour offrir aux animaux les premiers soins. «Qu’il s’agisse d’une blessure, de vermifuger, perfusion en cas de déshydratation ou de proposer un traitement anti-puce, cette clinique mobile sera disponible pour le bien-être des animaux à travers l’île. Les premiers soins seront donnés par des infirmiers à la retraite et/ou des bénévoles et autres animal rescuers», dit-il.

Selon lui, «notre clinique mobile offrira le service de microchipping afin d’avoir un base de données des chiens et de chats de chaque région. Elle permettra également de faire le suivi et de retracer d’éventuels abandons à travers une base de données régulièrement mise à jour. Ce service sera proposé par un animal rescuer. La stérilisation est la clé pour contrôler la population des animaux errants. Des campagnes de stérilisations massive auront lieu sur des jours annoncés au préalable. A savoir qu’un maximum de 20 chiens pourront être stérilisés/castrés par jour. Ce service sera proposé par un ou deux vétérinaires».

Recensement des errants

L’éducation civique sur le bien-être animal est aussi au programme de l’association. «Il s’agit de profiter de la présence de la clinique mobile stationnée dans une région pour quelques jours pour mobiliser, expliquer et sensibiliser les habitants. Propager des messages sur la bientraitance animale, la nécessité de bien nourrir son animal de compagnie et les devoirs du propriétaire d’animaux (sterilisation, microchipping, constance et non-abandon). Des flyers seront distribués en ce sens. Ce sera l’occasion également pour des bénévoles sur place de faire un recensement des animaux errants de la région».

La première collaboration citoyenne a commencé par l’entrepreneur Javed Vayid pour les levées de fonds et la concrétisation du projet des release parks. Linley Moothien précise que «la mise en pratique du projet Nou Roul Ansam dépendra de la générosité et de l’implication citoyenne». Les levées de fonds permettront l’achat de véhicules, d’équipements médicaux, des release parks (démarchage auprès des propriétaires fonciers pour  un bail sur 15 ans) pour accueillir des chiens abandonnés, pour la gestion quotidienne des release parks (nourriture, soins, abris), charge salariale et démarchage NCSR auprès des grandes compagnies. Le financement pour les frais salariaux, chauffeurs et vétérinaires, assistants vétérinaires et rescuers doit également être trouvé avant de lancer officiellement le projet le 4 octobre prochain dans le cadre du World Animal rights day.

Si le premier projet de Nou Roule Ansam concerne les deux cliniques mobiles et les rescue parks, d’autres projets environnementaux suivront, assurent les militants du bien-être animal.

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour