Les abonnés du Central Electricity Board (CEB) sont prévenus. Le délai pour régulariser les noms sur les factures d’électricité expire à la fin de ce mois. Faute de quoi, le CEB se réserve le droit de déconnecter l’alimentation électrique de tout utilisateur dont le compte continuera à être au nom d’une personne décédée. L’abonnement en question sera aussi résilié.

Pour se mettre en règle avec le CEB, les abonnés sont priés de se rendre dans un centre d’accueil du CEB. Ils doivent se munir d’une carte d’identité nationale, de l’acte de décès de la personne dont le nom figure sur la facture d’électricité, du titre de propriété ou la quittance de loyer ou tout autre document autorisant l’occupation du terrain. Les signatures des héritiers autorisant le transfert du nom d’un parent décédé sur celui-ci d’un abonné héritier sont aussi requises.

Il est à noter que le CEB avait donné jusqu’à septembre dernier à ses abonnés pour régulariser leurs comptes. Ce délai avait été étendu pour trois mois encore. Avec la date butoir, plusieurs abonnés du CEB ont fait état des problèmes liés à ce changement, à l’instar d’un abonné qui a fait savoir que sa facture d’électricité est au nom de grand-mère qui est décédée depuis presque 25 ans. Il s’est demandé si le certificat du CEB sera toujours valable. D’autres affirment qu’il y a des héritiers qui se trouvent à l’étranger et qu’ils ne peuvent rentrer au pays en raison de la COVID-19.

La décision du CEB de régulariser des noms sur les factures d’électricité s’inscrit dans le cadre de la mise à jour de sa base de données clients. Selon le CEB, un certain nombre de personnes consomment de l’électricité sur des comptes qui sont aux noms de personnes décédées.