Le Premier ministre, Pravind Jugnauth, n’a pas hésité à qualifier les Anglais et les Américains « d’hypocrites » ce dimanche, 18 octobre, lors de son discours à l’ouverture du premier atelier consultatif sur la « Sauvegarde de la transmission et la promotion du sega Tambour Chagos ».

Le chef du gouvernement ne s’est, en effet, pas retenu au Marie Lisette Talate Chagossian Community Centre, à Pointe aux Sables. Il a affirmé que, jusqu’à présent, les Anglais n’ont toujours pas respecté le jugement de la Cour internationale de justice. « En complicité avec les Américains, ils se permettent de donner des leçons et de critiquer les autres pays sur les droits de l’homme. Ils devraient avoir honte lorsqu’ils parlent des droits, de respect des humains », estime le PM.

Il a soutenu, d’autre part, que le combat pour les Chagos « est juste ». « La majorité des pays nous soutiennent. Malgré les forces occultes, nous ne reculerons pas », a-t-il lancé.

Son objectif, dit-il, est qu’on puisse jouer un jour le séga tambour au Chagos. « Notre lutte concerne le vol de notre territoire par les Anglais. Aucune somme d’argent ne pourra remplacer ce combat », a-t-il ajouté

Olivier Bancoult, dirigeant du Groupe réfugiés Chagos, a déclaré que « personne ne pourra nous empêcher de rentrer au Chagos ». « Cette terre n’appartient ni au Anglais ni aux Américains mais aux Mauriciens et aux Chagosiens », a affirmé Olivier Bancoult.

Le ministre des Arts et du patrimoine nationale, Avinash Teeluck, a pour sa part soutenu que le séga tambour est une source « d’unification ».

« Personne ne peut effacer notre héritage », a relevé le ministre.

Il a profité de l’occasion pour indiquer que son ministère travaille sur un plan d’action en vue de promouvoir davantage le séga tambour des Chagos.