ATMA SHANTO
  • Atmo Shanto de la FTU écrit en urgence au ministre du Travail pour réclamer la publication des Regulations suite à la décision des tripartites du 25 novembre
  • Faute de ces directives formelles, des employeurs du privé font comprendre aux salariés qu’il faudra repasser pour cet ajustement à la fin de janvier

Il n’y a pas que les bénéficiaires de la Basic Retirement Pension (BRC) et autres allocations sociales sous le Welfare State qui grognent ces jours-ci. La décision officielle du ministre des Finances, Renganaden Padayachy, en dépit du “marketing” politique au sujet du financement du programme de vaccination anti-COVID-19, de ne pas verser la compensation de Rs 375 par mois, cela pour l’une des premières fois aux membres du troisième âge et aux groupes vulnérables et au bas de l’échelle, fait encore l’objet de contestations et de récriminations, même si les principaux intéressés peuvent difficilement manifester cette colère Proprio Motu contre l’hôtel du gouvernement. Par contre, la situation se présente encore plus délicate pour le gouvernement dans la mesure où les Regulations, force de loi au paiement de la compensation aux salariés avec un Pay Packet inférieur à Rs 50 000 par mois, n’ont pas encore été publiées.

En l’absence de ces Regulations, sous la responsabilité du ministère du Travail, deux mois après la décision d’allouer une compensation de Rs 375 à la conclusion des tripartites du 25 novembre 2020 à Ebène, des employeurs du secteur privé font clairement comprendre à leurs employés qu’il ne faudra pas s’attendre à voir ces Rs 375 être créditées sur leurs Pay Slips respectifs. Dans une correspondance en date de ce matin, le président de la Fédération des travailleurs unis, Atma Shanto, dévoile le pot aux roses et le laxisme affiché par le ministère du Travail, et par extension le gouvernement, à l’égard des salariés après l’affront fait au troisième âge et ce, malgré la promesse électorale de « doubler la pension de vieillesse ».

Ainsi, le syndicaliste Atma Shanto interpelle le ministre Soodesh Callychurn au sujet du “payment of salary compensation for the year 2021”. « Following the Tripartite Meeting on Salary Compensation held last year at Ebène, government took the decision to grant a salary compensation of Rs 375 in favour of each worker of the Republic. Be informed that workers are impatiently waiting this said compensation due to high increase of commodities in the market », fait-il comprendre.

Le président de la FTU transmet au ministre du Travail les craintes et appréhensions des salariés dans cette conjoncture extrêmement difficile. « According to our information presently private sector bosses have already communicated workers that payment of salary compensation would not be effected in January 2021, because as at this date government has failed to come with Regulations, which is a matter of great concern and unacceptable. The FTU is therefore requesting you to take urgent remedial action and awaiting your reply shortly », s’insurge le syndicaliste dans cette communication d’urgence.

Les recoupements d’informations effectués par Le Mauricien auprès de sources concordantes et autorisées indiquent que « les Regulations sur le paiement de la compensation salariale sous la loi-cadre du Travail sont en souffrance dans un Abeyance Tray à l’Attorney General’s Office ». Très probablement à la réception de la lettre du syndicaliste de la FTU et à la sortie de cette présente édition du Mauricien, le ministère du Travail réclamera une accélération de procédures. Toutefois, les départements de comptabilité de nombreux employeurs auront déjà fermé les comptes pour le paiement des salaires dans les prochains jours. Un autre exemple que la machinerie de l’hôtel du gouvernement se trouve grippée depuis ces derniers mois, la préoccupation se trouvant visiblement ailleurs…