L’Institute of Contemporary Arts accueille, jusqu’à fin novembre, l’exposition photographique Porlwi réalisée par Keïvan Cadinouche. Une immersion dans le patrimoine historique de la capitale à travers ses maisons d’antan qui ont résisté au temps et au développement.

L’exposition Porlwi, sous-titrée L’univers des vieilles maisons de Port-Louis d’aujourd’hui de Keïvan Cadinouche est un voyage intemporel dans le patrimoine mauricien. La sélection de photos, toute en noir et blanc, présente les belles demeures d’antan de Port-Louis d’un point de vue vintage. Tant et si bien que, le visiteur peu renseigné sur la démarche, tombe facilement dans le panneau. “Je travaille exclusivement avec de l’argentique. Pendant l’expo, les gens n’arrivaient pas à dater les photos. Ils croyaient qu’elles avaient été faites il y a très longtemps. L’approche argentique arrive justement à donner cette impression tout faisant ressortir que ces maisons sont encore-là”, explique l’artiste.

Balade photographique.

L’expérience a débuté peu après le confinement. Puisque les frontières étaient fermées, Keïvan Cadinouche a dû abandonner son projet d’aller réaliser des photos aux Seychelles et à Madagascar. Il décida alors de s’armer de son appareil photo et d’aller à la découverte de son propre pays, plus particulièrement Port-Louis. C’est ainsi que, des jours durant, il a parcouru les rues de la capitale à la découverte de vieilles maisons pour les immortaliser. Il posait alors les prémices d’une exposition sans le savoir.

Pensant qu’il allait en trouver environ 300, le photographe a immortalisé quelque 800 chef-d’oeuvres architecturaux lors de ses balades. Au fur et à mesure, il prenait davantage conscience de leur importance. “Je ne suis pas un urbaniste, le travail que j’ai fait est plus un inventaire photographique de ce passé qui disparaît. Certaines fois, je me suis retrouvé devant des maisons détruites alors que je les avais photographiées la veille. J’ai été témoin de cette évolution là. Il faut laisser une trace pour les générations à venir.”

Échanges.

Cette balade dans Port-Louis l’a amené à beaucoup échanger avec des habitants. Beaucoup avaient du mal à comprendre sa démarche. “J’a été très bien reçu. Les gens me racontaient des anecdotes, me montraient d’autres vieilles maisons que je n’avais pas encore vues. J’ai réalisé que les gens étaient très attachés à leur histoire, à leur patrimoine.”

Contacté par La Mauritius Association of Architects, Keïvan Cadinouche a vite été séduit par l’idée de monter une exposition. “J’ai effectivement réalisé que le meilleur moyen de faire passer le message était de nous associer et de faire un exposition ouverte aux Mauriciens. Cela me rassurait que les architectes aient conscience que ces maisons d’antan ont une grande importance. Certaines sont centenaires, leur architecture est impressionnante avec des astuces pour faire circuler l’air.”