- Publicité -

Cite Vallijee – Perquisition : Un fusil et des armes tranchantes saisis 

La CID de Port-Louis a arrêté Steward Jean Noël Kissoon, résidant Cite Vallijee, pour possession d’un fusil et d’armes tranchantes, qu’il est soupçonné d’avoir utilisés dans le cadre d’activités illégales. Sans compter que le suspect entretient de bonnes relations avec un individu opérant au sein d’un réseau de drogue.

- Publicité -

Munie d’un mandat de perquisition, l’équipe de l’inspecteur Papiah a fait une descente chez le suspect hier après-midi. Les policiers ont passé toutes les pièces de la maison au peigne fin sans rien trouver de suspect. Jusqu’à ce qu’il tombe sur un espace utilisé comme “store” par Steward Jean Noël Kissoon. Là, ils sont tombés sur un premier sac, renfermant trois sabres, dont les lames mesurent entre 10 et 44 cm. Puis un deuxième, contenant une veste portant l’inscription « SWAT » avec plusieurs poches.

Les policiers ont également mis la main sur deux couteaux, une paire de menottes, une lampe torche, une radio, un vaporisateur et un fusil de marque inconnue, libellé « WZ 030 » et dont l’origine est chinoise. Interrogé sur la provenance de tous ces objets, le suspect a déclaré : « Pa pou mwa sa misie ! » Il a été conduit aux Casernes centrales, où il a passé la nuit en détention.

Les enquêteurs ont saisi ces différents objets alors que l’arme à feu, elle, et qui semblait chargée, devait être examinée par les experts de la balistique. À ce stade, la police soupçonne que le fusil a été acheté au marché noir. Quant aux autres objets retrouvés, dont la veste, ils sont presque similaires à ceux utilisés par les éléments du Groupement d’intervention de la police mauricienne. Si aucun cas récent de vol sous la menace d’une arme à feu n’a été rapporté à la police, les enquêteurs n’écartent cependant pas la possibilité que les armes devaient être utilisées au sein d’un réseau de drogue.

Pendant ce temps, le suspect est attendu au tribunal de Port-Louis ce jeudi, où il devra répondre d’une accusation provisoire de “possession of firearms without licence”. L’enquête se poursuit en vue de faire la lumière sur cette affaire.

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour