Photo illustration

– La police n’écarte pas la possibilité qu’un passager ait pu se débarrasser de la drogue dans les toilettes de l’avion

L’Anti Drug and Smuggling Unit (ADSU) fait actuellement un exercice de “profiling” des employés qui étaient de service vendredi soir à l’aéroport international SSR, à Plaisance, après que de l’héroïne d’une valeur marchande de Rs 11 M a été découverte à bord d’un avion d’Air Mauritius. Les 738 grammes de drogue avaient été emballés dans un sachet en plastique qui était dissimulé dans le “waste drain” de l’Airbus MK 852 en provenance d’Afrique du Sud. La police s’intéresse surtout aux employés impliqués dans l’entretien de l’avion et cinq d’entre eux ont été entendus aux Casernes centrales durant le week-end. Tous ont nié toute connaissance de la présence de drogue à bord. Étant donné qu’il n’y avait aucun élément incriminant contre eux, ils ont été autorisés à rentrer chez eux.

Outre les employés de MK et d’Airports of Mauritius, l’ADSU a obtenu une liste des passagers qui ont voyagé à bord de l’avion vendredi en provenance d’Afrique du Sud. Une enquête sur leur “background” est en cours pour déterminer s’ils sont au-dessus de tout soupçon. Les Casernes centrales n’écartent pas la possibilité qu’un des passagers ait pu se débarrasser de la drogue dans les toilettes avant l’atterrissage. Ce qui fait que le colis s’est retrouvé dans le “waste drain”. D’ailleurs, les employés de l’entretien avaient du mal à déboucher le tuyau en question et c’est lors d’un exercice d’aspiration que le colis de drogue est tombé sur le tarmac. Ce sont les employés qui ont alerté l’ADSU de l’aéroport sur cette découverte. L’équipe de l’ASP Sooben a alors saisi le colis de drogue valant Rs 11 M.

Les enquêteurs comptent aussi visionner les images des caméras de l’aéroport et ceux donnant sur le tarmac pour établir le comportement de certains employés à l’arrivée de ce vol. À ce stade, ils ignorent comment la drogue s’est retrouvée à bord de l’avion. Le Scene of Crime Office a aussi effectué des prélèvements d’ADN sur le colis avant de le mettre sous scellés.

À noter que c’est le premier cas de drogue arrivant par avion depuis l’ouverture de l’espace aérien en octobre. L’enquête se poursuit en vue de faire la lumière sur cette affaire.