- Publicité -

La bousculade brutale du député Kenny Dhunoo gêne…

Outre la consternation dans l’opinion publique, une certaine gêne s’est installée à différents niveaux après que l’information, que le député MSM et Deputy Chief Whip, Kenny Dhunoo, a bousculé violemment un infirmier de la clinique Wellkin en juillet, ait fuitée sur un site web d’information et les réseaux sociaux.

- Publicité -

Dans un communiqué daté d’hier, 18 août, qui confirme l’incident, la clinique Wellkin, s’attelle à minimiser l’incident en soulignant que l’affaire a été « réglée à l’amiable ». Elle s’est embarquée dans une enquête afin de neutraliser éventuellement le whistleblower en vue de déterminer comment les images de l’incident ont quitté l’hôpital et été distribuées sur le Web.

En effet, dans ce communiqué inhabituel pour une clinique privée, Wellkin Hospital explique qu’il a adopté « une politique stricte de confidentialité et de protection des données de ses patients, qui doit être respectée. L’institution a donc initié une enquête qui sera menée par un enquêteur spécialisé indépendant pour faire toute la lumière sur la parution des informations ».

Pour rappel, le député  Dhunoo s’est entretenu avec le réceptionniste avant de s’en prendre physiquement à un infirmier qui lui parlait, avant de quitter les lieux, précipitamment, accompagné de son épouse. L’infirmier, un ressortissant étranger, choqué et décontenancé a dû s’asseoir pendant de longues minutes pour récupérer de cet incident inhabituel.

Si le communiqué de la clinique Wellkin parle d’enquête interne, au niveau des Casernes centrales, on nous informe qu’aucune enquête n’a été initiée sur cette affaire d’agression perpétrée par un membre de l’Assemblée nationale. « Nous ne pouvons-nous baser sur une vidéo pour démarrer une enquête », a souligné la cellule de communication de la police, ce vendredi 19 août.

Mais en parallèle, une plainte policière a été logée contre Kenny Dhunoo. En effet, l’activiste Ivann Bibi a porté plainte contre le député Dhunoo pour non-respect du protocole sanitaire en vigueur dans les centres hospitaliers. En effet, c’est sans masque sanitaire, dont le port est obligatoire dans les centres de santé, que le député s’était rendu aux urgences de cette clinique, à l’encontre des règlements en vigueur.

L' »agression » perpétrée par le député de la circonscription No 17 (Curepipe/Midlands) sur un professionnel de la santé n’est pas resté sans réactions sur les réseaux sociaux alors que certains politiciens de l’opposition réclament sa démission. Son parti, le MSM s’est mué dans un silence gênant.

A noter que nos tentatives de joindre Kenny Dhunoo, actuellement en Inde, sont restées vaines jusqu’ici.

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour