Six suspects placés en état d’arrestation par la MCIT depuis le début de la semaine

Un mois après la fusillade meurtrière avec Manan Fakoo succombant à trois balles, la Major Crime Investigation Team (MCIT) est sur le point d’élucider les circonstances de ce crime. À vendredi dernier, six suspects ont été placés en état d’arrestation dans le cadre de cette enquête, mais ils ont nié toute participation dans cette attaque exécutée dans la soirée du 20 janvier dernier presque devant le domicile de la victime à Beau-Bassin. Tout semble indiquer que cette fusillade aurait été froidement planifiée « pou donn enn leson » suite à l’agression de Fardeen Okeeb et pour protester contre la façon dont l’enquête était menée par la police alors.

Se basant sur des informations recueillies sur le terrain, la MCIT soupçonne que le plan pour tirer des coups de feu sur Manan Fakoo avait été monté plusieurs jours en avance. L’élément déclencheur de cet acte a été le lynchage de l’internaute Fardeen Okeeb par une bande dont feraient partie Manan Fakoo et Vishal Shibchurn. Ce sont les Field Intelligence Officers qui ont mené les enquêteurs à l’arrestation des six suspects durant la semaine.

Ces Field Information Officers avaient eu vent de la tenue d’une réunion restreinte en janvier dans un “hall” à Port-Louis. Certains des suspects appréhendés par la MCIT depuis le début de la semaine avaient participé à cette rencontre quelque peu particulière. Les participants avaient fait part de leur déception de la manière dont la police avait traité le cas de Fardeen Okeeb, où aucun suspect n’avait encore été arrêté à l’époque.

Le mot d’ordre lancé lors de ces échanges était « bizin donn enn leson » pour mettre un frein aux agissements de la bande à Fakoo. En recevant ces renseignements, la MCIT a alors fait un screening des potentiels suspects et les soupçons sont tombés sur Yassin Meetoo, dont le camion de livraison avait été aperçu dans la région de Beau-Bassin le 20 janvier. La police a procédé au décryptage des caméras du Safe City Network du 16 au 20 janvier, où le véhicule avait été vu circulant à plusieurs reprises non loin de la maison de Manan Fakoo.

La MCIT soupçonne que les suspects étaient engagés dans un exercice de reconnaissance du terrain, en attendant le moment propice pour passer à l’action. Les limiers privilégient la piste que Yassin Meetoo serait le cerveau de la bande. Comme ce dernier n’habite pas la région, le dénommé Mooltasam Sadullah Aboosama, appréhendé vendredi, aurait aidé à l’exécution du plan d’attaque étant un habitant de Beau-Bassin. Ce dernier aurait familiarisé les autres suspects avec les rues de Beau-Bassin pour qu’ils puissent s’échapper au cas où la police se serait mise à leurs trousses dans la nuit du 20 janvier.

Les six suspects arrêtés à ce jour sont les frères Meetoo, Yassin et Belal, Noorudhin Bhollah, Muntasir Gokhool, Oomar Beharry et Mooltasam Sadullah Aboosama. Ils nient les accusations portés contre eux. À l’exception de Mooltasam Aboosama, qui sera inculpé pour « conspiracy », tous font l’objet d’une accusation provisoire de meurtre.

Ce n’est qu’après avoir visionné les images des cameras du Safe City Network que l’équipe de l’ASP Seebaruth aura noté la présence d’un camion qui roulait assez vite quelques minutes après que deux suspects à moto ont tiré trois coups de feu sur Manan Fakoo. Les limiers ont pu relever la plaque d’immatriculation du camion. Ils devaient ainsi débarquer chez son propriétaire, Yassin Meetoo, à Vallée Pitot, lundi. Son frère Belal Meetoo a aussi été appréhendé. Ils ont déclaré ne rien savoir sur la mort de Manan Fakoo. Et d’ajouter qu’ils se trouvaient chez eux à l’heure du crime.

Mais ils n’ont pu expliquer la présence du véhicule à Beau-Bassin. Yassin et Belal Meetoo ont fait comprendre que leur neveu Muntasir Gokhool avait l’habitude des les accompagner lors des livraisons. Cet habitant de Vallée des Prêtres a été arrêté à son tour. Entre-temps, la MCIT a scruté l’entourage des frères Meetoo et devait appréhender Noorudhin Bhollah à Vallée Pitot, qui est le propriétaire d’une moto noire ressemblant à celle utilisée par deux suspects qui avaient tiré sur Manan Fakoo. Oomar Beharry, un habitant de Camp Yoloff, aurait pris la moto chez son ami.

La police a aussi saisi deux casques intégraux et une veste. Les cellulaires des suspects seront passés au crible à l’Information and Technology Unit de la police pour déterminer s’ils ont échangé des appels et messages pertinents le jour du délit. L’enquête aura permis d’établir qu’après les coups de feu atteignant Manan Fakoo, les deux suspects se sont dirigés vers le camion de livraison qui les attendait dans la localité.

Pour échapper à toute mobilisation et contrôle de la police, les suspects auraient caché la moto dans le camion pour ne pas se faire repérer et ils ont ainsi pu quitter Beau-Bassin sans être inquiétés. À noter que deux groupes se sont affrontés lors de la comparution des suspects au tribunal de Rose-Hill mercredi. La police est intervenue avec force pour interpeller deux suspects qui ont été relâchés. Une enquête est en cours sur cet incident.