L’équipe du Detective Inspector Doobaree, de l’ADSU de la Western Division, a arrêté une habitante de Rivière-Noire et son petit ami, un Kurde provenant de la région autonome du Kurdistan. Tous deux sont accusés de trafic de drogue après la saisie de 1 375 plants de cannabis à leur domicile. La police avait en effet débarqué mardi chez eux, à La Plantation Margery, Rivière-Noire, après avoir pris connaissance de certains renseignements.

À l’arrivée de la police, Lena Seeloll (38 ans) était en compagnie de son petit ami, un dénommé Dara Abas Abdalla (29 ans), un soldat kurde en vacances à Maurice. Tous deux ont alors assisté à la perquisition des lieux. C’est alors que les enquêteurs ont découvert plus d’une centaine de plantes de cannabis mises en terre dans des bacs au rez-de-chaussée et au premier étage de la maison, et soigneusement entretenues et mises à l’ombre.

Dans une serre, l’Adsu a également découvert près centaines d’autres plants de gandia, dont certains accrochés à des rondins. Les enquêteurs soupçonnent que la propriétaire de la maison produirait de manière importante cette drogue destinée au marché de l’Ouest. Dans la maison de Lena Seeloll, fouillée de fond en comble, la police est également tombée sur un fusil de chasse de calibre .22, et pour lequel la suspecte n’a aucun permis. Cette arme à feu, selon les enquêteurs, servirait à faire peur à ceux qui s’approcheraient un peu trop des plants de cannabis.

La police a en outre saisi des graines de cannabis et trois colis de cette même drogue. La valeur marchande de la drogue saisie est évaluée à plus de Rs 4 M. Après les prélèvements du Scene of Crime Office, les officiers ont arraché les plants et saisi toutes les autres pièces à conviction pour les emmener à l’Adsu de Rose-Hill. L’arme à feu, elle, fera prochainement l’objet d’un examen balistique.

Les suspects, pour leur part, ont été soumis à un interrogatoire serré. Si la trentenaire a préféré garder le silence, son petit ami, Dara Abas Abdalla, a, lui, affirmé être « en vacances » à Maurice et ne pas avoir pu repartir dans son pays en raison du couvre-feu. Il a insisté sur le fait qu’il est un soldat des forces spéciales, affirmant qu’il ferait même partie des éléments assurant la sécurité du Premier ministre kurde.

Ne pouvant vérifier ses dires à ce stade, et malgré le fait que le « soldat » nie savoir quoi que ce soit des activités illégales de sa petite amie, celui-ci a été placé en cellule au Vacoas Detention Centre. Le couple sera inculpé de trafic de drogue en justice. La police n’écarte pas d’autres arrestations dans le cadre de cette affaire.