Photo illustration

Deux haltérophiles (un garçon et une fille) n’ont pas concouru comme prévu initialement au IWF (International World Federation) Online Youth World Cup, en fin de semaine au centre national à Vacoas. Ils ont été suspendus pour cette compétition par la Fédération Mauricienne d’Haltérophilie (FMH) suivant un différend qui a donné lieu à des échanges de messages virulents entre les deux jeunes. L’entourage du jeune homme qui n’a pas digéré cette décision a déposé une plainte, jeudi, auprès de l’Ombudsperson for Sports, Ramesh Sunt. Toutefois, pour le président de la FMH, Magarajen Moonien, c’était la meilleure décision à prendre pour décourager ce genre d’écart.

L’entourage du jeune homme n’a toutefois pas digéré le fait qu’un des leurs ait été sanctionné pour une compétition de cette ampleur. « Mon frère est un haltérophile prometteur. Malheureusement depuis 2018, il a commencé a avoir des problèmes avec l’entraîneur national, Ravi Bhollah. Ce dernier n’a pas voulu le prendre sous sa direction, alors que son entraîneur, Gino Sooprayen, était absent du pays. De plus, on ne lui a pas autorisé à s’entraîner avec un autre entraîneur, puis avec le DTN Constatin », explique son frère aîné.

Il ajoute que son père a demandé à rencontrer la FMH après avoir pris connaissance de la sanction et ce, suite à un problème avec une fille, mineur aussi. « La papa de la fille était aussi présent et il a été décidé de mettre un terme à ce différend. Sauf que nous ne comprenons toujours pas pourquoi mon frère a été suspendu pour cette compétition, alors qu’il s’est préparé pour cela. Cela sans aucune lettre officielle et encore moins sous un comité disciplinaire pour écouter les explications de mon frère », fait-on ressortir.
Week-End a contacté Magarajen Moonien vendredi et pour lui, il n’y a aucun doute, que la décision prise était la meilleure.

« Je précise aussi que cette décision a été prise en consultation avec les entraîneurs des deux haltérophiles et qu’ils sont d’accord avec la position adoptée par la fédération », dit-il. Ce dernier confesse que les deux jeunes sont des haltérophiles prometteurs et qu’il était mieux de les sanctionner pour une compétition que pour deux, voire trois semaines.

Consignes pas respectés à La Réunion

« Ces jeunes sont sur la montante et les priver d’entraînements de deux à trois semaines n’étaient pas la meilleure des décisions à prendre, d’autant que les championnats nationaux arrivent bientôt, en décembre », fait-il remarquer. D’autant qu’il avance que, lors de l’IWF Online Youth World Cup, les participants n’ont qu’un certificat de participation à la fin.

Pour en revenir aux deux jeunes, Magarajen Moonien avance que la FMH a rencontré les parents en début de semaine pour leur faire part de la sanction infligée pour cause d’indiscipline. « Le papa du garçon s’est laissé aller et en tant que parent, cela se comprend. Cette discussion s’est terminée sur une très mauvaise note », avance-t-il.

Selon Magarajen Moonien, c’est une discussion sur portable avec comme toile de fond un déplacement en mars dernier, à La Réunion, qui est à la base de ce différend. « Nous avons appris que récemment que les deux athlètes n’avaient pas respecté le couvre-feu sanitaire, alors que La Réunion avait déjà recensé des cas de COVID-19. Pourtant, les consignes étaient très claires, soit de ne pas sortir. Ce qui est à déplorer c’est la teneur des messages échangés. Il fallait prendre une décision forte et nous l’avons fait en toute transparence. »

Pour conclure, le président de la FMH a déclaré que l’entraîneur national, Ravi Bhollah, n’a rien à faire avec cette sanction.

Communiqué de la FMH

La FMH a émis un communiqué officiel, hier, suivant ce différend entre deux mineurs. Il est ainsi expliqué que les deux concernés ont fauté et qu’ils ont « agreed and accepted their wrongdoings ». Idem pour les deux parties concernées qui ont reconnu que leurs enfants ont « acted inappropriately ».

Il est indiqué que les parties concernées ont accepté la sanction imposée par la fédération. Ainsi, selon les recommandations, les deux athlètes ont été retirés de la sélection pour participer au IWF Online World Youth Cup et aussi que leurs noms ne soient pas rendus publics, étant toujours mineurs. Les entraîneurs des deux athlètes ont été informés de « closely monitor the behavior and discipline of both athletes ».
a