Revoila Benedict Woodworth au Champ de Mars sept ans après

Le bras de fer opposant le Mauritius Turf Club (MTC) à la Gambling Regulatory Authority (GRA) est bel et bien entamé. Le MTC a, une nouvelle fois, fait fi d’un l’ultimatum de la GRA qui l’intimait de publier ses directives sur son site web ou de motiver les raisons de son refus jusqu’à minuit hier soir.

Suite à la non-publication de ses directives 2021 sur le site web du club à l’heure butoir de 16h lundi dernier, la Gambling Regulatory Authority n’a pas attendu trop longtemps pour faire connaître son stand. Une correspondance a été adressée au club mardi après-midi. La GRA a une nouvelle fois ordonné le MTC de publier les directives 2021 et l’instance régulatrice lui a aussi reproché de n’avoir pas respecté les délais qui lui avaient été imposés en quelques occasions dans le passé.

L’administration du club s’est penché sur les demandes de la GRA pendant toute la journée d’hier (mercredi). On apprend que le MTC a demandé plus de temps pour étudier la question vu que son conseil légal n’était pas disponible. La GRA aurait alors demandé que les directives soient publiées sur le site du MTC au plus tard à minuit. Toutefois, le MTC a préféré défier une nouvelle fois l’instance régulatrice. Cette « désobéissance » du MTC démontre clairement que le club n’est plus prêt à se faire marcher sur les pieds et tout porte à croire qu’une bataille légale devrait être enclenchée sous peu.

Il nous revient que le MTC contestera le droit de la GRA de lui imposer des amendements aux Rules of Racing pour approbation. Selon la GRA Act, le régulateur hippique ne peut que désapprouver et demander de nouvelles propositions, mais ne peut en aucune manière imposer quoi que ce soit au MTC en matière du control of racing. D’où, malgré le ton menaçant de sa dernière lettre, il y a eu sur le fond une première génuflexion de la GRA.

Dans la foulée, nous avons appris que l’association des entraîneurs, avec à sa tête Patrick Merven, a aussi adressé une correspondance à la GRA mardi dernier. Elle lui a fait savoir qu’elle n’était pas d’accord avec certaines des directives de 2021. Ce qui implique que les entraîneurs se sont finalement alignés sur la position de l’administration du MTC.

Des proxys à Rs 50 000 !

La bataille des proxys bat son plein à quelques jours de l‘échéance de l’assemblée générale élective du Mauritius Turf Club, où deux candidats devront être élus le 5 mars. Si d’un côté la récolte des proxys se fait sur la base de conviction, de l’autre côté, de source bien informée, on apprend que tout sera mis en branle pour gagner ces élections. Si dans un premier temps il a été fait état qu’il fallait débourser Rs 20 000 pour obtenir une procuration pour « Senator et Portemanteau », il s’avère que comme l’opposition prenait le large sur le terrain, le pouvoir en place a décidé de hausser les enchères et même le bailleur de fonds s’est mis de la partie. Désormais, la somme proposée pour s’attacher ce précieux document qui pourrait faire pencher la balance est passée à Rs 50 000. Par ailleurs, pour les membres fondateurs qui ne sont pas en règle avec la caisse et qui ne pourraient pas voter, il leur est proposé de payer leur quotité et même de les aider au-délà s’ils ont des difficultés financières. Et puis on se targue de dire qu’on participe à des élections free and fair. Le commissaire électoral devrait voir de plus près cette situation.

Benedict Woodworth confirmé chez Jones

Cité avec persistance du côté de l’établissement Simon Jones suite à l’incertitude entourant la participation de Derreck David à la saison 2020 au Champ de Mars, Benedict Woodworth sera bel et bien de la partie cette saison. Woodworth, 47 ans, est une ancienne connaissance des turfistes pour avoir été en action à Maurice en quatre occasions. Après une première saison faste en 2007 sous les couleurs de Vincent Allet, le tout auréolé du titre de jockey champion, il avait évolué en 2012 pour le compte de la défunte écurie Foo Kune en 2012, avant de chausser les étriers sous la férule du Hurlywood Stable un an plus tard, avant de prendre de l’emploi chez Alain Perdrau la saison suivante. D’origine malaisienne, le cavalier compte à son actif environ 1100 succès et demeure très efficace avec les chevaux évoluant avec le pas. À noter que Benedict Woodworth est marié à une Mauricienne et il devrait poser ses valises en fin de semaine.

À ce stade, les entraînements qui ont déjà un cavalier attitré pour débuter la saison sont : Gilbert Rousset (Nooresh Juglall), Vincent Allet (Bernard Fayd’herbe), Rameshwar Gujadhur (Jameer Allyhosain), Ricky Maingard (Piere Corne Orffer). Ramapatee Gujadhur, qui a engagé Steven Odonohoe, devrait toutefois compter sur Yashin Emamdee en début de campagne avant la venue de son titulaire, alors que Preetam Daby fera confiance à Abhishek Sonaram, qui a donné entière satisfaction en fin de saison dernière. Patrick Merven devrait lui faire incessamment une demande pour l’embauche de Richard Oliver, alors qu’à ce stade les autres entraîneurs devraient faire confiance aux local boys.