Photo illustration

Baisse de 7% en l’espace de trois semaines du niveau global des sept réservoirs de l’île qui affichaient naguère un taux de remplissage alarmant de 51, 3 %. Bien loin des 80,1 % de l’année dernière à la même période. La sécheresse qui sévit actuellement sur l’île vire au scénario catastrophe dans plusieurs régions du pays où aucune goutte d’eau ne coule des robinets depuis de nombreux jours.

Après le mouvement de colère du vendredi 13 novembre dans le village du Morne où des habitants ont bloqué la circulation après avoir constaté que le camion-citerne censé les ravitailler ne contenait plus d’eau, des riverains d’Union Park se sont rendus à la CWA de Saint-Paul pour exiger un retour à la normale. Les habitants de Stanley et de Rose-Hill, confrontés au même problème, sont descendus dans la rue pour manifester leur colère.

La situation est insoutenable dans le Sud-Ouest de l’île. Au Morne, les nerfs des habitants sont à vif: cela fait trois semaines que leurs robinets sont complètement à sec. En attestent les événements qui se sont produits, la semaine dernière, à la rue Lys, où doivent se rendre les riverains pour recevoir leur ration quotidienne d’eau du camion-citerne qui dessert la localité. «On s’est armé de patience sous un soleil de plomb durant une heure pour qu’à la fin le chauffeur du camion nous informe qu’il n’y a plus d’eau. D’où notre décision de bloquer la circulation», témoigne une habitante du village. Il a fallu l’intervention de la police pour calmer les esprits. La CWA a finalement consenti faire venir un autre camion-citerne pour approvisionner les habitants dans l’après-midi. Mais la situation ne s’est guère améliorée depuis.

Le scénario est quasiment le même à Union Park, dans le Sud-Est du pays, où une dizaine d’habitants ont décidé de prendre les taureaux par les cornes en se rendant dans un premier temps au bureau de la CWA du village. Faute d’avoir reçu des explications plausibles sur «les raisons pour lesquelles l’eau coule, depuis dix jours, uniquement durant trois heures quotidiennement aux petites heures du matin», les habitants se sont rendus à la CWA de Saint-Paul. Une des habitantes, Stéphanie S., a confié à Week-End avoir «remis une lettre de protestation à un représentant de la CWA, lequel a été très réceptif».

Un camion- citerne, enfin !

Leurs revendications ne sont pas restées lettre morte auprès de cette instance. «Les tuyaux étaient défectueux. Des techniciens se sont déplacés pour installer de nouveaux tuyaux et procéder à des réaménagements. La situation est heureusement retournée à la normale», souligne Stéphanie S. Sauf que d’autres habitants, qui dépendent d’un autre réseau de distribution à Union Park, ont eu la mauvaise surprise de constater un débit très faible après le départ des techniciens de la CWA. Cela concerne six familles à la rue Beedassy qui disent qu’elles ont contacté la CWA.

A Rose-Hill, l’eau coule par intermittence. Les habitants disent qu’il n’y a pas d’heure fixe et que la CWA leur avait promis un approvisionnement 24/7. A Stanley, la situation est pire : pas une goutte d’eau ne coule des robinets et les camions-citernes se font rares, d’où la colère des habitants qui sont descendus dans la rue, la semaine dernière, dans l’intention de se rendre devant les locaux de la CWA pour manifester. Ils se sont finalement rétractés après que la hotline de la CWA s’est enfin décidée à répondre à leurs doléances et camion-citerne sillonne quotidiennement la circonscription depuis.