C’est à travers des formes géométriques, symétriques et harmonieuses qu’Atasha Ramanah exprime toute sa créativité. Chez elle à Belle-Vue Maurel, la jeune chimiste analyse, expérimente et teste toute l’alchimie des mandalas. Un art qu’elle a découvert au hasard et qui a fait rejaillir sa passion pour le dessin et la peinture.

Une fois le centre trouvé le crayon fait apparaître les premières exquises du croquis. Espace, cercle ou carré. Puis, les stylos acryliques de toutes les couleurs sont mis à contribution avant que la spécialiste du mandala ne complète ses chefs-d’œuvre par le remplissage à la peinture au gré de son inspiration et de son humeur. Tant que le résultat n’est pas “élégant”, Atasha Ramanah ne sort pas de sa bulle. C’est un peu la même précision et la même patience que requiert son métier d’assistante chimiste. En tant qu’artiste, sa particularité est de toujours terminer ses tableaux en y apportant un relief lumineux en 3D. Le résultat devient alors captivant et hypnotisant de près comme de loin.

Rattrapée par sa passion

C’est en cherchant comment personnaliser des cadeaux à offrir aux collègues qu’Atasha Ramanah découvre la technique décorative du mandala. Pour rappel, très utilisé pour la méditation, le mandala qui signifie cercle en sanskrit, est une représentation symbolique des énergies et du fonctionnement de l’univers en interaction avec le fonctionnement psychique. Alors que les formes rondes et harmonieuses procurent à ceux qui le dessinent des vertus antistress, elle, pour sa part, redécouvre sa passion pour le dessin et la peinture. “C’était une passion que j’avais depuis toute petite. Je pense que ça a toujours fait partie de moi. Mais par manque d’encouragement durant mes classes d’arts au collège, j’ai fini par perdre confiance en moi. J’ai alors opté pour les sciences et des études en Chemical Engineering.”

La jeune femme s’est vite sentie attirée par les mandalas : “Les modèles que j’avais vus sur internet me semblaient faciles à reproduire. J’ai commencé sans la moindre hésitation.” Au fur et à mesure, elle développa son propre style pour se retrouver aujourd’hui avec un carnet des commandes qui ne cesse de désemplir. À tel point qu’elle est contrainte d’effectuer des pre-booking un mois en avance afin de respecter les délais de livraison. “J’ai un emploi à plein temps et même si ça me prend 2 à 5 heures pour réaliser une création je mets un point d’honneur à miser sur la qualité que sur la quantité. Ma plus grande satisfaction est de faire plaisir en partageant des émotions et sensations.”

Depuis avril 2017, l’habitante de Belle-Vue Maurel consacre tout son temps libre à dessiner et peindre sur divers supports (canevas, galets, toile écrue, bouteilles, assiettes) des motifs géométriques et symétriques relevés par des couleurs. Une aventure artistique qui permet à l’autodidacte de s’évader dans un autre monde où règne la sérénité. “C’est bien plus qu’un travail de design. Il ne suffit pas de voir une image ou une photo pour la reproduire. Le mandala demande aussi de la réflexion. D’une certaine façon, je les considère même comme des tableaux vivants qui décrivent l’expérience humaine. Le point central représentant l’humain et les contours son horizon, ses expériences et son existence.”

Mandala et autres dérivés

Si elle voudrait pouvoir vivre totalement de l’art, la jeune femme préfère encore patienter quelque temps “J’y pense depuis un moment, mais je tiens d’abord à bien peaufiner différents projets.” En attendant, la spécialiste de mandala poursuit sa quête de perfection. “C’est un art où on ne cesse jamais d’apprendre et de découvrir de nouvelles choses. Il y a d’autres motifs que j’aimerais proposer prochainement.”

Atasha Ramanah fait confiance à son talent et indique :  « La création est une vraie expression du cœur, des émotions et des sentiments.” Outre page Facebook (Tashu’s Crafts) ou compte Instagram (AstashaRamanah), la demeure familiale prend aussi des allures d’une galerie d’exposition ; quelques pans de murs affichent ses premiers essais en fresques murales tandis que d’autres canevas abordent fraîchement du acrylic pouding, une autre technique de peinture. Et quand elle n’est pas dans son laboratoire à faire des analyses ou assise à son bureau pour produire des mandalas, la jeune femme enfile son tablier pour cuisinier ou faire de la pâtisserie. Le yoga et des sorties à la plage viennent aussi compléter sa source d’inspiration.