- Publicité -

Au CAC : The School déploie l’interactivité technologique au monde du théâtre

Ca donnerait quoi si le public pouvait lui-même choisir la conclusion d'une pièce ? Avec les progrès technologiques, le Caudan Arts Centre répond à cette question. De : Joel Achille.

Projeté sur un rideau au fond de la scène, un QR Code géant invite à être scanné par les spectateurs à l’aide de leurs téléphones portables. Le code redirige vers une page web à travers laquelle le public peut désigner le coupable – parmi trois protagonistes – d’un meurtre loufoque.

- Publicité -

Ainsi, cet ultime acte de la pièce Troubles on Stage, présentée au Caudan Arts Centre, mercredi dernier, comportait trois différentes conclusions. La veille lors des répétitions, apprenons-nous, c’est un autre scénario qui a clôturé le spectacle. Cette nouveauté porte l’interactivité technologique au coeur du théâtre mauricien pour un rendu avant-gardiste. Et osé.

Pour leur spectacle de 2022, les « First Timers » de The School ont joué sur l’innovation au moyen d’outils modernes, désormais à la portée de tous. Un aspect qui comprend un réel défi logistique, mais pas que.

Car les acteurs expérimentés ont partagé les planches aux côtés d’amateurs, qui ont vécu l’épreuve de la scène pour la première fois, et ce, au bout d’environ une année de cours au centre d’art de Port-Louis.

Guidés par Ashish Beesoondial, Theatre Manager du Caudan Arts Centre, les « First Timers » de The School ont présenté un spectacle réparti en cinq récits aux thématiques différentes, divisées entre drame et comédie.

En ouverture, il est revenu au public de voter l’ordre des pièces jouées, grâce à leurs téléphones portables. Au vu des scénarios différents qui se construisent avec cette formule peu commune, nous imaginons l’atmosphère qui devait régner lors des répétitions, de même qu’au lever du rideau.

Malgré cela, Troubles on Stage a vogué au-delà des espérances. Il y a eu des séquences émotionnelles profondes. Et surtout, la brillante mise en scène de l’absurde au dernier acte, distillé avec une intelligence fine.

A cet effet, les acteurs – amateurs et expérimentés – ont aisément joué sur une corde raide, tendue au-dessus du piège de « l’humour stupide » qui guette ce type de comédie – un meurtre sur fond d’histoire de coeur. Cependant, le scénario et l’exécution ont émerveillé un public, qui en redemandait encore au bout de plus d’une heure.

Les « First Timers » de The School contribuent à l’avancement du théâtre mauricien, qui se relève d’une inquiétante léthargie.


The School

Le Caudan Arts Centre propose, à travers The School, différents cours tout au long de la semaine. Il y a des formations en théâtre assurées par Ashish Beesoondial, Pierre-Louis Paillusseau et Poonam Seetohul, en anglais et en français, ouvertes aux adolescents et aux adultes. Sont également dispensés des cours en Aerial/Mat Yoga et Mat/Aerial Pilates par Agnieszka. De même que des formations en Street Drawing par Brian Lamoureux et en guitare classique par Eric Cathan.

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour