L’un a fait vibrer au rythme de Mari fer Goutchei et l’autre s’est dévoilé à travers album Baboon. Bicka et Rafiki sont deux jeunes artistes évoluant dans deux styles et deux mondes différents. Pourtant, une rencontre a fait naître Honey Spliff Lady, un single mis en ligne depuis le 14 février. L’occasion pour les amateurs de musique de redécouvrir ces deux auteurs, compositeurs et interprètes dans une fusion de dance-hall/R&B/afro beat.

Avec Honey Spliff Lady, disponible sur les plateformes de téléchargement légales, la paire Rafiki et Bicka livre un aperçu de leur première collaboration musicale. Le texte est une ode à ces femmes qui n’ont pas froid aux yeux et dont l’assurance et l’élégance saisissent les cœurs. Côté sonorité, les deux artistes ont opté pour un air rythmé et entraînant mêlant R&B et Dancehall. De quoi, en cette période de lockdown, apporté un brin de fraîcheur et de gaieté.

La rencontre.

C’est au cours d’un atelier de coaching scénique en 2018 que Rafiki, de son vrai nom Raphaël Audibert, et Manraj Bicka, aka Bicka, se rencontrent. Très vite, l’habitant de Tamarin se lie d’amitié avec l’habitant de Mont Choisy. Les deux zanfan lakot prennent alors plaisir à découvrir leurs univers respectifs avant de poursuivre chacun sa carrière. Mais cette synergie était restée gravée dans la mémoire de Rafiki qui se décida, en juin dernier, de reprendre contact avec cet ami : “J’avais plusieurs morceaux, mais celui là était resté, pendant deux ans, à attendre dans le fond d’un tiroir. J’éprouvais le besoin d’expérimenter des nouvelles collaborations. Et Bicka faisait partie des artistes à qui j’ai pensé”. Sans compter qu’il a l’avantage de produire des nouveaux morceaux puisqu’il a déjà créé son propre label Luckey Monkey mis à contribution pour son premier album solo Baboon. Il ajoute : « Mon idée était de mettre Bicka en avant. C’était une façon pour moi de produire quelqu’un tout en travaillant sur mon projet. C’est aussi pour moi une façon de voir comment je peux le faire grandir. »

Oser pour avancer

Une proposition qui ne manqua pas de surprendre l’ex co-fondateur et chanteur de Flashback : « Rafiki m’a envoyé un son en demandant mon aide car il pensait que ma vibe pouvait emmener plus d’intensité et de vibration au morceau. Au début, j’avais des doutes et j’avais même peur de ne pas être prêt à me lancer dans une telle collaboration, de plus avec quelqu’un qui ne partage pas mon univers. Aujourd’hui, je me rends compte que j’aurais été bien con si je n’avais pas franchir ce cap”. Or, puisqu’il est quelqu’un d’ouvert d’esprit, surtout quand il s’agit de musique, Manraj Bicka décida d’apporter sa touche de créativité au projet. D’autant que cette expérience, il la considérait de bonne augure pour avancer dans son parcours d’artiste.

En effet, avec le son de Rafiki, il a ressenti une bonne énergie et de la matière à explorer davantage. “Nous sommes tous deux des jeunes qui osent relever de nouveaux défis. Nou sot dan vid pour savoir ce que ça peut donner à l’avenir. Nous sommes des artistes ayant un sens et un intérêt commun pour l’écriture et le texte des chansons”.

A chacun sa touche

Après avoir eu finalement le déclic en réécoutant le son, en à peine 15 minutes, Bicka trouva des paroles au morceau. Sur le single Honey Spliff Lady, sorti le 14 février 2021, Rafiki et Bicka sont co-auteurs du texte en français et en anglais. A ce propos Rafiki indique : « J’avais composé le refrain qui était assez catchy, une référence à un côté sexy, assez parleur pour ceux qui l’entendraient. C’était un peu dans le style Shawn Paul. Avec une grosse voix et un complet un peu dancehall. Mais je voulais qu’il y ait une nuisance et Bicka est venu apporter sa touche RnB. Comme ses chanteurs qui font chanter leur refrain par une femme. Moi ce n’est pas une femme mais c’est Bicka. Et il chante avec un accent très mélodique”. Ont aussi contribué à ce single, des musiciens du village de La Gaulette qui avaient accompagnaient Rafiki et Fusional Mind. Le tout dans les locaux de Melody Music Studio sous la direction de Raj Ramdaursingh, avec la contribution de Zanana Records.

Une suite…

Un renouveau pour Bicka. Pour rappel, c’est en 2014 qu’il débuta avec Flashback. Le groupe fit alors des tournées à Maurice et sortit l’album Symbiose en 2016. Puis, il y a eu une transition en 2018 et le groupe fut rebaptisé Flasbak pour montrer leur couleur locale et sortit le single Mari fer Goutchei. Il voyagea en 2017 et 2018 pour des concerts à Paris, en Allemagne et à Bordeaux pour expérimenter la grande scène internationale. Aujourd’hui il poursuit sa carrière en solo. « J’ai réalisé que c’était le moment pour moi d’être Bicka. Un jeune artiste qui s’explore, qui découvre et qui souhaite faire partager ses messages, ses émotions, et sa musique. Je travaille aussi pour expérimenter d’autres sons comme l’électronique qui me fascine énormément. »

De son côté Rafiki parle de plus de maturité dans sa musique. Ses derniers travaux réalisés ont été faits dans un esprit plus joyeux de ce qu’il a produit dans le passé. “Parce que le style de vie au moment où je les ai écrits, était très agréable. En fait, je travaillais comme guide de randonné, donc je passais beaucoup de temps en extérieure. Comme c’est un métier du matin, ca me permettait en après-midi d’être libre pour m’adonner à la musique. Le sentiment de joie est très présent dans ces morceaux là comparé à avant où j’étais plus en colère de ma situation de lycéen. Disons que j’ai dorénavant une joie intérieure. » En effet, après premier album, il a effectué deux tournées en France et en Suisse où il a tissé des liens pour son reggae si particulier et notre île plus loin. Sans compter que Rafiki a aussi commencé des études en sciences sociales qui l’inspirent beaucoup artistiquement.

D’autres surprises seront à découvrir bientôt. “Laissons d’abord le buzz se faire autour du morceau, et une fois que nous aurons toute l’attention, nous poursuivrons cette aventure. Il y des choses déjà prêtes”, conclut Rafiki.