La tortue géante d’Aldabra, de son nom scientifique Aldabrachelys Gigantea, elle est la plus grande tortue terrestre au monde et la seule des tortues géantes à avoir échappé à l’extinction. Originaire principalement de l’atoll seychellois Aldabra, ce reptile est présent en grand nombre à Maurice. Ojn la trouve dans les parcs, les jardins, dans des zones de conservation où elle joue un rôle essentiel dans la survie de certaines plantes endémiques.

C’est en 2001 qu’il fut décidé, après des recherches, d’introduire des tortues géantes d’Aldabra dans la reserve de l’Île aux Aigrettes. Ce, afin d’aider à disperser les graines de bois d’ébène et d’assurer leur prolifération. On compte désormais 27 adultes et plusieurs petits sur l’îlot. Friande des fruits de l’ébénier, la tortue les mange avant de les déféquer ailleurs, ce qui permet au bois d’ébène de se régénérer plus facilement. “Le noyaux de fruit de l’ébénier est très dur. On a remarqué, qu’après ingestion par la tortue géante d’Aldabra, le noyau est en partie digéré rendant plus facile la germination”, indique le Rodriguais Roberto Cesar, Conservation Biologist à la Mauritian Wildlife Foundation (MWF).

Ecological replacement.

L’autre principal attrait de cette interaction réside dans le comportement de la tortue géante d’Aldabra. Il ressort qu’elle parcourt de longues distances malgré les apparences. “Elles ont la réputation d’être lente et pas très mobile en raison de leurs lourdes carapaces. Mais ce n’est pas vraiment le cas. Elles peuvent parcourir de longues distances pour aller manger ou s’abreuver. En se faisant, elles mangent à un endroit et font leurs besoin ailleurs. Ce qui contribue à disperser les graines d’ébénier dans d’autres espaces. Sans cette tortue, les ébéniers ne pousseraient pas aussi rapidement”, explique le Conservation Biologist.

Il faut souligner que le rôle que joue aujourd’hui la tortue géante d’Aladabra incombait autrefois aux deux tortues géantes de Maurice qui ont malheureusement connu l’extinction. Une interaction interrompue pendant des milliers d’années mais qui a pu se renouveler grâce à la plus grande tortue terrestre actuelle. “La tortue géante d’Aldabra est une cousine de la tortue géante de Maurice. Nous avons choisi une espèce très proche pour que l’interaction soit quasi-similaire. On appelle cela un ecological replacement”, fait savoir Roberto Cesar.

700 tortues sur l’Île Ronde.

L’expérience ayant été concluante, la tortue géante d’Aldabra a également été introduite sur l’Île Ronde. Une grande partie provient d’ailleurs de l’Île aux Aigrettes. Elle y contribue à la dispersion deux deux autres espèces endémiques de Maurice : le latanier bleu et le vacoas de l’Île Ronde. L’Île abrite aujourd’hui plus de 700 tortues âgées d’une vingtaine d’années. La technique est également utilisée à Rodrigues dans la réserve de Grande Montagne et celle de François Legat où la tortue géante d’Aldabra disperse le bois puant, espèce endémique de Rodrigues.

Big Daddy

Big Daddy est la tortue la plus populaire de l’Île aux Aigrettes. Elle est un des mâles dominant, plusieurs des jeunes tortues sont issues de sa lignée. Elle fait partie de la dizaine de tortues qui ont été confiées à la MWF en 2001 par l’ex-Mon Désert Mon Trésor. Elle est populaire avant tout de par sa taille imposante, environ 210 kilos, ce qui fait d’elle la plus grosse tortue présente sur l’île. Elle est âgée entre 80 et 90 ans et il se pourrait qu’elle soit une des rares toujours vivantes ici à être née sur l’atoll d’Aladabra. Mais Big Daddy est aussi très connue pour son mauvais caractère. “Elle essaye de mordre toutes les personnes qui se retrouvent sur son chemin. Vous la verrez souvent parce qu’elle est une des seules à beaucoup marcher le long du sentier principal de l’île. Dès qu’elle vous voit, elle essaiera de venir vers vous pour tenter de vous mordre”, confie Vikash Tatayah, directeur de la MWF.

Informations utiles

La tortue géante d’Aldabra se nourrit principalement des végétaux nains divers, des plantes herbacées ou encore des roseaux. Les tortues d’Aldabra boivent par les narines ! C’est une forme d’adaptation : grâce à l’expansion en hauteur et en longueur de leurs chambres nasales, elles peuvent boire même dans de toutes petites flaques. À noter qu’elle peut rester 6 mois sans manger ni boire, ce qui fait d’elle un animal très résistant.

Par ailleurs, elle peut mesurer jusqu’à 1,30 mètres de long et selon l’endroit où elle vit, elle peut atteindre de 80 à 150 kg. Le mâle est d’ordinaire plus gros.

Sa longévité moyenne est de 100 ans et, selon l’île sur laquelle elle vit, la tortue géante d’Aldabra peut pondre de 5 à 19 œufs à la fois. La période de ponte est de juillet à novembre, juste avant la saison des pluies.

Origines

Il faut savoir que cette espèce a été redécouverte par les explorateurs aux Seychelles, tout particulièrement sur l’atoll d’Aldabra. Cet atoll, composé de 3 îles Grande-Terre, Malabar et Picard a été transformé en réserve pour ces tortues. Sa population y est estimée à 150 000 individus concentrés sur les îles de l’atoll d’Aldabra.