Nos amis quatreubornais auront le sommeil dérangé. Les poseurs de rails auront un boulot à finir et ceux-ci mèneront ce projet jusqu’au terminus. Ces frontliners du progrès martopiqueront ferme dans la nuit pour que s’accomplisse le rêve de modernité du grand visionnaire Pravind Premier. Celui qui sut réagir en conséquence lors du récent moment sombre de notre histoire nationale.

Ne soyons cependant pas des penses-petits.Il est entendu que la desserte métropolitaine ne saurait laisser en reste les régions rurales. Pour conférer un caractère national audit projet, l’on pourrait se demander si quelques milliards ne devraient pas être injectés sur le tracé Rose-Hill-Saint-Pierre en vue d’atteindre Flacq, et pour le mieux-être des mandants de Moka-Quartier militant.

Ce ne sont guère des citoyens de seconde zone! Ceux-là aussi apportent leur tribut au trésor public. Ces contribuables seraient bien heureux de vivre au rythme léger du petit train moderne. Alors pourquoi donc s’entêter en direction de ceux ayant plébiscité un rival (Arvin le Rouge). Ne serait-ce pas plus opportun de couper à travers les champs de Moka, en passant le cyber triangle d’Ebène?

Ce serait une belle manière pour vos mandants d’accueillir la modernité. Nos infrastructures (routières et ferroviaires) ne sont pas autres choses que des voies de communication. Elles désenclaveront villages et hameaux, faisant du pays un ensemble intelligent. On dit par ailleurs que nous ferions partie des pays dits développés. Nous n’aurons bientôt rien à envier aux pays riches.

Des centres commerciaux ont pris place le long de villages grâce aux voies de communication dont Internet. Notre mue en cyber-island opère, la chrysalide deviendra papillon. Ainsi sera notre destinée nationale, n’était-ce la corruption et l’avidité de certains arrivistes (ceux-ci se reconnaîtront) honteux de leur manque de patriotisme. Shame on them!

La corruption reste le pire mal que d’aucuns puissent faire à la nation (outre la mauvaise redistribution des richesses). Invitons ceux qui ont des milliards à prendre part dans ce qui est in fine la construction d’une nation. Une nation où chaque chacun aura, un jour, sa propre voiture, sa maison et du labeur. In peace, justice and discipline. Entonnons en guise de conclusion l’hymne national de notre patrie dans notre cœur et dans notre esprit.
Prenez cependant gare aux bavures; le peuple ne saurait les pardonner! C’est tout ce que j’ai à dire à propos dudit Saint Louis Gate et des antipatriotes véreux. Notons que l’autrice de ces lignes conseille aux lecteurs éclairés de poursuivre l’écriture du présent texte dans leur for intérieur à la lueur de leur âme et de leur conscience. Que la paix vous accompagne vers de calmes jardins.