La découverte d’une grosseur inhabituelle dans le sein suscite toujours bon nombre d’interrogations. En effet, dans la conscience collective, découvrir une masse ou une boule dans l’un de ses seins est, pour une femme, extrêmement angoissant, car le mot « cancer » vient immédiatement à l’esprit.

La majorité des grosseurs dans 9 cas sur 10 notamment – même si la situation se révèle anxiogène – au sein n’est pas toujours liée à une pathologie grave ou à un cancer. Ces anomalies sont souvent bénignes. Comme il n’existe pas de méthode simple pour faire la distinction entre les lésions bénignes et les cancers, il convient toutefois d’être prudent et de consulter son médecin pour des examens complémentaires (mammographie, échographie, biopsie). Qu’est-ce qu’une grosseur révèle ? Quand faut-il s’inquiéter ? Le point.

Plusieurs types de lésions peuvent entraîner une masse mammaire. On distingue les lésions bénignes des lésions cancéreuses malignes, surtout grâce à la densité en échographie. Parmi les lésions bénignes, la plupart du temps, il peut s’agir :

Source photo : internet

– d’adénofibrome (ou fibroadénome) : l’adénofibrome est formé d’un mélange de tissus glandulaires et de tissus fibreux. C’est la tumeur bénigne du sein la plus fréquente chez les femmes de moins de 25 ans. Il s’agit d’une masse de 2 à 3 cm de diamètre, ronde, lisse, qui « roule » sous les doigts (comme une bille glissante) avec des contours bien réguliers et une texture caoutchouteuse. Il est généralement indolore et n’est pas accompagné d’un écoulement du mamelon. Une femme peut présenter un ou plusieurs adénofibromes, dans un seul sein ou dans les deux ;

– d’un kyste : c’est un petit sac rempli de liquide qui se développe dans le sein, fréquent chez les femmes âgées de plus de 35 à 50 ans. Son développement serait dû aux hormones qui régulent le cycle menstruel. C’est pourquoi il peut grossir, être sensible ou douloureux avant ou pendant les menstruations. Les kystes sont aussi moins fréquents après la ménopause (sauf en cas de traitement hormonal de substitution). La taille d’un kyste varie de quelques millimètres à plusieurs centimètres. Le kyste est lisse, mou et mobile à la palpation.

– de nodules fibrokystiques : il y a souvent des douleurs associées, parfois des calcifications (tumeur solide et liquide) ;

– d’un hamartome (malformation tissulaire) ;

– d’un lipome, une masse de tissu graisseux, une « boule de graisse ». Il a un contour régulier et lisse, est mobile et se déforme facilement sous les doigts. Le lipome n’est pas douloureux ;

Mais d’autres causes peuvent aussi être à l’origine d’une boule dans le sein, comme un abcès par exemple.

Et le cancer ?

Dans le cas du cancer du sein, la masse est généralement plus dure et ne « roule » pas, car elle adhère aux tissus du sein. Ses contours sont irréguliers (tumeur solide et très compacte en échographie) et la boule modifie parfois la forme du sein.
Sa découverte nécessite de consulter un médecin ou un gynécologue sans tarder. Il prescrira alors des examens approfondis pour confirmer le diagnostic et vous orientera vers les traitements adaptés.

Causes de boule dans le sein
Plusieurs types de lésions peuvent entraîner une masse mammaire. Une cellule se met soudainement à fonctionner de manière anarchique. Elles s’agglomèrent les unes aux autres, et finissent par former une boule. Elles peuvent avoir des causes très variées :

l Infections virales ou bactériennes ;
l Inflammation ;
Abcès ;
l Troubles endocriniens, à l’origine de nodules thyroïdiens ;
l Antécédents familiaux

Que faire en cas de boule au sein ?

Source photo : internet

Si dans la majorité des cas, une boule dans le sein n’est pas toujours liée à une pathologie grave, des examens sont toutefois nécessaires afin de s’assurer du caractère bénin de la grosseur. Donc si vous repérez une anomalie, le premier réflexe est d’en parler à votre médecin ou gynécologue. Il effectuera un examen clinique (palpation des seins) ainsi que d’autres examens approfondis (échographie, mammographie, biopsie à aiguille fine). En fonction des résultats, il vous orientera vers le traitement adéquat. Selon les cas, il pourra aussi proposer une intervention chirurgicale pour retirer le nodule ou le kyste si celui-ci s’avère gênant. Généralement, seules les masses cancéreuses nécessitent un traitement : chirurgie, chimiothérapie, hormonothérapieSurveillez vos seins régulièrement

Source photo : internet

L’auto-examen des seins est un geste préventif à ne pas négliger, car cette méthode permet de détecter un changement au niveau d’un ou des deux seins et de déceler une masse suspecte. À tout âge, en dehors des consultations annuelles de contrôle chez votre médecin traitant ou votre gynécologue, il est important de prendre l’habitude d’observer vos seins et de les palper. Il est conseillé de procéder à cette observation tous les 2 ou 3 mois et au début du cycle. En effet, des kystes peuvent être présents et disparaître tout simplement à l’arrivée des règles. Alors l’auto-examen des seins chaque mois, quelques jours après la fin de vos menstruations.

À savoir : les hommes peuvent aussi être sujets à une grosseur mammaire et doivent, eux aussi, consulter sans tarder. Cela tenant compte que les hommes aussi peuvent souffrir de cancer du sein, même si c’est rare. En effet, moins d’1% de cas de cancer du sein concerne les hommes.Quand consulter ?

Observez-vous devant la glace.
Examinez d’abord visuellement vos seins dans différentes positions (bras le long du corps, mains sur les hanches, bras levés, penchée en avant) afin de déceler un éventuel changement de forme ou d’aspect/de couleur de la peau. Ensuite, palpez vos seins sur toute leur surface (sans oublier la partie située entre les aisselles et les seins) à l’aide des 3 doigts du milieu : effectuez des petits cercles depuis le bord du sein vers le mamelon, dessinez des lignes verticales.

Ce geste vous permettra de repérer une éventuelle masse inhabituelle, une bosse ou un changement de texture.

Pensez aussi à presser délicatement les mamelons pour voir si du lait en sort. Si vous constatez quelque chose d’anormal, que la grosseur se présente sous la forme d’une boule dure, immobile et qu’elle grossit rapidement au fil des semaines, ne paniquez pas, mais consultez votre médecin sans tarder, surtout si vous avez des antécédents familiaux de cancer du sein.

Si vous ressentez une grosseur dans le sein ou au niveau de l’aisselle, si vous voyez apparaître une rougeur ou un écoulement du mamelon, consultez votre médecin. Idem si vous observez un changement à la texture de la peau (si elle devient « cartonnée » ou prend l’apparence d’une peau d’orange, par exemple).