⚠️Dispersion de polluants marins⚓️⛽️ ➡️Suite à l'échouage d'un tanker sur le récif corallien au Sud-Est de l'île Maurice, Météo France a été sollicité par la Préfecture et le CROSS de la Réunion pour lancer une simulation de dispersion de la nappe d'hydrocarbure afin d'évaluer le risque de pollution pour la Réunion. Pour les 3 prochains jours, les prévisions de dérive des polluants n'envisagent pas de dispersion en dehors du lagon de l'île Maurice. 👉Les dernières informations sont à retrouver sur le site de la préfecture : http://www.reunion.gouv.fr/fuite-de-fuel-suite-au-naufrage-du-mv-wakashio-a-l-a7000.html ➡️Le modèle MOTHY (Modèle Océanique de Transport d’HYdrocarbures) prend en compte les conditions atmosphériques, océaniques et la marée. En combinant ces informations avec des données relatives au polluant (densité, type d'hydrocarbure), le modèle établit des prévisions de dérive. MOTHY peut également être utilisé en mode "rétrograde" pour retrouver la source d'une pollution. De plus, il existe des configurations spécifiques pour retrouver des navires en détresse, des conteneurs égarés et même des personnes à la mer. ➡️Plus de détails sur http://www.meteofrance.fr/nous-connaitre/missions-institutionnelles/securite-des-personnes-et-des-biens/suivi-des-pollutions-marines

Posted by Météo-France Océan Indien on Friday, August 7, 2020

Météo France Océan Indien a initié une simulation de dispersion de la nappe d’hydrocarbure afin d’évaluer le risque de pollution qui pourrait être dispersée hors de Maurice.

Pour les trois prochains jours, les prévisions de dérive des polluants n’envisagent pas de dispersion en dehors du lagon.

En effet, Météo France a effectué à partir de MOTHY – logiciel dédié à la prévision de dérive d’hydrocarbure – une simulation de dérive de la nappe. Au regard des conditions météorologiques et de courant sur trois jours, la pollution devrait rester localisée sur les côtes mauriciennes et ne toucherait pas la côte réunionnaise.

A l’île de la Réunion, Jacques Billant, préfet de la zone Sud-Océan Indien, a décidé d’activer une cellule de crise réunissant le bureau de l’action de l’état en mer de la zone maritime sud de l’océan Indien, la direction de la mer de l’océan Indien, le centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage, les forces armées de la zone sud de l’océan Indien, l’action de l’État en mer, la cellule diplomatique et l’état-major de zone de défense.

Cette cellule de crise est en lien permanent avec les autorités mauriciennes, notamment via l’ambassade de France à Maurice, afin d’analyser le soutien qui pourrait être apporté par les autorités françaises à l’île sœur dans la lutte contre cette pollution.

Ce soutien s’organise dans le cadre du plan de lutte sous-régional pour les pays de l’océan Indien occidental contre les pollutions du milieu marin par les hydrocarbures.