Bruno Laurette, activiste social, a décidé t’entamer des actions légales contre le PMO, le ministre de l’Environnement, celui de la Pêche, ainsi que la compagnie qui détient le MV Wakashio, et ce, pour négligences de la sécurité nationale dans le sillage de l’échouement du vraquier sur les récifs de Pointe d’Esny.

Face à la presse ce lundi 10 août, il a attiré l’attention sur les « défaillances » décelées au niveau des autorités mauriciennes. « Il s’agit de la sécurité nationale. Elles sont lourdement impliquées. Vous imaginez si c’était un bateau de terroristes? », fustige-t-il.

« Lorsqu’un bateau rentre dans nos eaux, nous devons être capables d’aller vérifier et même d’effectuer des tirs de sommation s’il faut l’arrêter », estime-t-il.

Il pointe du doigt également l’implication de la National Coast Guard (NCG) qui, selon lui, a failli à sa tâche depuis le début. « Eski zot inn fer swivi istorik bato-la avan ki li fer nofraz. Eski sa bato-la ti sipoze-la? Kifer inn atann? », se demande-t-il. Il réclame au gouvernement de prendre des sanctions contre les responsables.

Bruno Laurette soutient également qu’il compte faire appel à des instances internationales dans cette bataille juridique. « C’est de l’incompétence à tous les niveaux et cette incompétence tue des animaux et la vie des pêcheurs. Arrêtez de vous cacher derrière des protocoles ».