Les arguments du Premier ministre à l’effet qu’il a fallu attendre et se fier aux avis des experts mais aussi en raison du mauvais temps qui a prévalu n’ont pas convaincu notre consoeur de la BBC News qui l’interrogeait ce matin par visioconférence ce matin. Pravind Jugnauth a été pris de court devant les questions de la journaliste qui faisait état des critiques des Mauriciens sur le manque de promptitude, de n’avoir pas « done enough » et sur le « huge amount of inaction from the government » à réagir face au désastre causé par le Wakashio dans nos eaux, plus précisément dans les baies de Mahébourg et de Pointe d’Esny.

« Nous avons suivi les conseils du chef des opérations de sauvetage et des experts », s’est défendu le Premier ministre. La journaliste devait aussi demander au Premier ministre pourquoi avoir mis tant de temps à décréter l’état d’urgence environnementale alors qu’il était évident que la situation risquait de se corser. Elle devait aussi insister sur les interviews réalisées avec les habitants et pêcheurs de la localité qui ont tiré la sonnette d’alarme et rappeler que Maurice est une destination touristique.

Acculé devant ces questions auxquelles il ne s’attendait pas, Pravind Jugnauth a soutenu être « très préoccupé et peiné par ce qui s’est passé. » Il devait assurer avoir « mobilisé toutes les ressources dont nous disposions… ». Ce à quoi la journaliste l’a fait remarquer qu’il était tout de même surprenant que Maurice ne dispose ni de ressources adéquats ni de plan d’action pour faire face à une telle situation et qu’il serait judicieux qu’il présente ses excuses au peuple mauricien. « …People say you owe them an apology »

Evitant de répondre à cette dernière partie de la question de la journaliste de BBC News, malgré l’insistance de la journaliste, le chef du gouvernement a alors tenté de se justifier en citant la Covid-19 en exemple, insistant que pour cette pandémie également, nous n’étions pas préparés et que nous n’avions pas les ressources nécessaires en temps voulu, mais que le pays a tout de même contrer la maladie.

Il a expliqué que maintenant que le pays est Covid-free, son gouvernement avait été injustement critiqué pour avoir commandé beaucoup trop de médicaments. Le chef du gouvernement a soutenu avoir dû « revoir » les plans en cas d’Oil Spill avant d’ajouter que « it reminds me also of Covid-19 » et du « manque » d’équipements noté au début de la pandémie. « Now we are being critisized, why we have ordered so much medication and so much equipment », a déclaré le Premier ministre. »

Avant que la communication avec la BBC, ne soit interrompue, Pravind Jugnauth a   laissé comprendre que  le protocole concernant la fuite d’huile a été revu. « Mais nous ne pouvions prévoir que nous serions confrontés à  une catastrophe d’une telle ampleur », a indiqué le gouvernement mauricien à la journaliste qui a frontalement mis le gouvernement devait ses responsabilités  face au drame qui se joue à Pointe d’Esny et d’autres partie du sud avec le déversement de fioul dans nos eaux.