La majorité et l’opposition parlementaires étaient à couteaux tirés lors des débats sur la motion de blâme contre le Speaker Sooroojdev Phookeer, tard dans la nuit à l’Assemblée nationale.

Arvin Boolell, le leader de l’opposition, est revenu sur la façon d’agir du Speaker. Sooroojdev Phookeer qui, dit-il, aurait « un agenda » et agirait « en fonction du gouvernement ».

« Son rôle est de maintenir la dignité de la démocratie parlementaire », a souligné le leader de l’opposition. Or, a-t-il ajouté, « le Speaker a tourné son poste en dérision », devenant ainsi « la risée du pays » .

« Je suis au parlement depuis 1976; jamais il n’y avait eu de Speaker qui quitte son siège pour se diriger vers l’opposition de manière menaçante », a relevé le député de l’opposition et leader du MMM, Paul Bérenger.

« C’est un manque de respect envers le parlement », a-t-il déclaré.

Le ministre du Transport, Alan Ganoo, a de son côté affirmé que le gouvernement « ne dispose d’aucune protection du Speaker » au sein du parlement, critiquant les arguments du leader l’opposition.

Le ministre du Travail, Soodesh Calichurn, s’est demandé si l’opposition respectait vraiment le poste constitutionnel du Speaker. Il a pointé du doigt le « comportement regrettable » de certains membres de l’opposition, entraînant ainsi des « situations inutiles » ou faisant usage des « unparliamentary words ».

Parmi les autres orateurs, la PPS Teenah Jutton, le député du No 1 Patrick Armance, le député du No 9 Sanjit Nuckcheddy et celui du No 7, Rajanah Dhaliah.

Aux petites heures du matin, le Deputy Speaker Zahid Nazurally a dû interrompre les débats. Après des échanges tendus entre les deux côtés de la chambre, les travaux ont été suspendus.