MSM — Leela Devi Dookun-Luchoomun : « Ceux qui parlent de voyoucratie devraient se regarder dans une glace »

Leela Devi Dookun-Luchoomun, Mahen Seeruttun et Sandra Mayotte n’ont pas fait dans la dentelle, hier, lors de la conférence de presse du MSM, qui s’est tenue dans le bâtiment du Sun Trust, pour critiquer « certains membres de l’opposition avec des comportements dégradants ». Leela Devi Dookun-Luchoomun a invité « ceux qui prétendent que nous sommes dans une voyoucratie de se regarder dans la glace. » Le député Shakeel Mohamed et Navin Ramgoolam en ont pris pour leur grade. À en croire Mahen Seeruttun, « la performance de Shakeel Mohamed en tant que leader de l’opposition a été très médiocre, d’où son comportement indigne au Parlement envers le Speaker lors de la dernière séance ». Le ministre soutient que « Navin Ramgoolam, en refusant de briguer les suffrages pour la prochaine partielle au N°10, montre qu’il a peur d’essuyer une troisième défaite d’affilée. »

- Publicité -

Après avoir tiré à boulets rouges sur les membres de l’opposition parlementaire sur leurs agissements au sein du Parlement, Leela Devi Dookun-Luchoomun a élaboré sur « la propension de certains députés à vouloir systématiquement décrédibiliser nos institutions. » Elle en veut pour preuve « la manière dont zot inn zet labou sur le commissaire électoralIrfan Rahman, et le fait qu’ils mettent en doute l’intégrité des fonctionnaires qui ont travaillé lors des élections générales. » Leela Devi Dookun-Luchoomun a aussi décortiqué certaines publications relayées sur la toile qu’elle a qualifiée de « indignes ». Elle affirme qu’il « y a beaucoup de gens qui se cachent derrière de faux profils pour émettre des propos dégradants non seulement envers les membres du gouvernement, mais également contre nos familles. Nou kone kisannla pe orkestre sa bann bases-la. »

Mahen Seeruttun a aussi eu des mots durs envers les députés de l’alliance PTr-MMM-ND : « Morisyen pa bizin mont lor pie pou trouve ki kalite devlopma gouvernma inn fer depi 2014. La nouvelle alliance de l’opposition, qui n’arrive plus à suivre le rythme, est à court d’arguments et ses membres perdent les pédales, car ils savent pertinemment qu’ils n’ont pas gagné l’adhésion de la population. » Mahen Seeruttun a analysé avec sévérité la performance de Shakeel Mohamed en tant que leader de l’opposition. « Shakeel Mohamed passe le relais à Arvin Bolell en laissant derrière lui cinq PNQ qui ont été des flops retentissants. Ses questions étaient mal préparées. Dans sa dernière PNQ, il s’est emmêlé les pinceaux, au point d’invectiver le Speaker par la suite », dit-il. Mahen Seeruttun a critiqué le leader du PTr, Navin Ramgoolam, qui use, dit-il, d’ « arguments fallacieux pour éviter de se confronter au MSM lors de la prochain partielle au N°10 alors qu’il avait l’occasion de démontrer sa force après avoir argué que sa défaite lors des dernières législatives était entachée de fraudes. » Pour conclure, le ministre a soutenu que « contrairement à Navin Ramgoolam et son parti, le MSM et Pravind Jugnauth représentent la discipline, le sérieux et le travail assidu, des éléments qui seront décisifs pour la victoire lors des prochaines législatives. »

Sandra Mayotte s’est insurgé de la manière de faire de certains députés, « ceux notamment qui passent leurs temps à tirer un capital politique sur le malheur des gens. Kouma zot trouv lapli ek inondasion, zot pare pou fer live for Facebook ou TikTok pou met negativite dan la tet dimounn. » À en croire la députée, « l’opposition a une grande part de responsabilités dans certaines catastrophes survenues dans la capitale pour avoir toléré, dans le passé, des constructions sauvages. »

À une question d’un journaliste qui voulait savoir si c’est Vikram Hurdoyal, révoqué comme ministre de l’Agro-Industrie et qui a démissionné comme député, qui sera de nouveau le candidat du MSM lors de l’élection partielle au N°10, Mahen Seeruttun a soutenu que « cette prérogative revenait au Premier ministre, mais qu’il est certain que le parti sera présent à cette joute électorale. » Répondant à la rumeur répandue par Roshi Badhain selon laquelle le MSM et le PMSD ont déjà scellé une alliance, Mahen Seeruttun a affirmé ne pas être au courant de quelconques pourparlers entre les deux partis.

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour

- Publicité -