Plus d’une cinquantaine d’organisations et entreprises ont répondu à l’appel lancé par le Mauritius Research and Innovation Council (MRIC). Elles ont proposé des projets visant à accélérer la remise en état et la restauration de la flore et la faune mauricienne, affectées par le déversement d’huiles lourdes causé par l’échouement du MV Wakashio.

Lancé le 21 août, ce projet a comme but d’identifier des propositions innovantes susceptibles d’améliorer et d’accélérer la réponse du gouvernement et du pays aux défis imposés par la marée noire. La date butoir pour la soumission des projets avait été fixée au 25 septembre.

Le MRIC a reçu un total de 56 candidatures. Les projets soumis couvrent un large éventail de domaines, tels que le développement de la santé des écosystèmes, la structure des écosystèmes et des communautés ; comprendre les impacts écologiques ; suivi des déversements d’hydrocarbures ; la restauration des ressources côtières, marines et des zones humides ; la restauration des récifs coralliens et des herbiers marins ; et comprendre les impacts écologiques.

Ainsi, 55% des propositions ont été soumises par des entreprises, 23% par des ONG et 21% par des institutions de recherche/universitaires. La prochaine étape désormais est l’évaluation des propositions qui se fera selon un processus en deux étapes, l’examen administratif suivi de l’évaluation par un comité technique indépendant.

Un exercice qui devra prendre fin d’ici la mi-novembre 2020. De plus, le MRIC a alloué un fonds total de Rs 25 millions en ce sens et chaque projet qui sera validé pourra être financé à hauteur de Rs 2 millions.