Photo illustration

À la date limite pour le dépôt des demandes d’admission dans les académies hier, les recteurs ont relevé qu’il y avait davantage d’intérêt chez les garçons que chez les filles pour ces « centres d’excellence » dans le secteur de l’éducation secondaire. Cette situation s’explique par le fait que tous les parents ne sont pas partants pour la mixité. D’autant que le décalage dans le nombre entre filles et garçons sera énorme. Avec une moyenne de 160 places disponibles, les collèges se retrouveront avec 80 filles seulement dans un établissement de 500 garçons et vice-versa.

« La mixité, telle qu’elle est prévue actuellement, posera certainement quelques difficultés au début. Peut-être qu’à la longue on pourra mieux gérer, mais dans sa forme actuelle, cela va être très compliqué », souligne un enseignant qui se prépare à vivre cette nouvelle situation. Ce dernier, qui travaille dans un collège pour filles, avance qu’il ne faut pas croire que ce sont dans des collèges de garçons uniquement qu’il y a des problèmes. « J’ai entendu dire qu’il y a des parents qui hésitent que leurs filles se retrouvent dans un collège avec une grande majorité de garçons. Mais je peux vous dire que cela ne va pas être facile chez les filles non plus. Le “bullying” est aussi présent dans les collèges de filles. »

Toujours est-il qu’un premier constat dans certains collèges montre qu’il y a moins de filles que de garçons qui ont fait la demande pour les académies. Même si cette situation n’est pas généralisée, les recteurs disent avoir reçu beaucoup de questions sur la mixité. « Les parents veulent savoir comment cela va se passer, si les classes des filles sont séparées de celles des garçons. Nous sommes dans une société avec beaucoup de sensibilités. De manière générale, j’ai constaté que les filles ayant fait une demande pour une académie ont opté en priorité pour un collège de filles. »

Selon les informations communiquées aux collèges, le nombre de places dans chaque établissement sera divisé équitablement entre les filles et les garçons. Toujours est-il qu’il y aura un déséquilibre dans le nombre, indique-t-il. « Il n’y a que 2 000 places dans les académies. Elles seront attribuées équitablement entre filles et garçons. Cela fera une moyenne de 80 filles dans un collège de 500 garçons et vice-versa. » Toujours est-il, ajoute-t-il, qu’il y a des parents qui visent l’excellence pour leurs enfants et qui relèveront le défi. « Il y a des enfants qui sont déjà conditionnés pour la compétition et qui veulent se rendre dans une académie. Mais de manière générale, je dirai que c’est un peu mitigé. »
Par ailleurs, les administrations des collèges se préparent également à des réorganisations de leur personnel, en fonction des demandes pour les différentes matières. « Pour l’heure, il n’y a eu que les demandes d’entrée dans une académie. Il faudra ensuite recevoir les choix de matière. À partir de là, il faudra réorganiser le personnel. »

Rappelons que les collèges devront également prévoir des salles spéciales pour les sujets nécessitant la pratique. Soit des cuisines dans les collèges de garçons et des ateliers de Design and Tech dans les collèges de filles. Pour l’heure, les travaux n’ont pas encore démarré…