- Publicité -

À Plaine-des-Papayes : Appel de Gobin aux planteurs de ne pas abandonner leurs terres

Le ministre de l’Agro-industrie, Maneesh Gobin, a demandé aux petits planteurs de pas abandonner leurs terres. Intervenant, au complexe polyvalent de Plaine-des-Papayes, lors du lancement des mesures d’accompagnement des planteurs de canne à sucre pour la récolte 2023, il a exhorté ces derniers à faire appel aux huit Farmers Service Agencies pour connaître et utiliser les dernières mesures mises en œuvre pour les aider à poursuivre la culture de la canne à sucre.

- Publicité -

Soulignant que le cours mondial du sucre était à la hausse, il a invité les petits planteurs à se regrouper en coopératives « afin d’accéder et de bénéficier des infrastructures du gouvernement pour augmenter la productivité ». Il a souligné que la pandémie de Covid-19 a montré l’importance de l’agriculture pour la sécurité alimentaire. À cet égard, il a fait état de la nécessité de poursuivre l’agriculture et l’élevage pour atteindre l’autosuffisance alimentaire ainsi que la canne à sucre « afin d’obtenir des investissements directs étrangers en temps de crise ».

Parmi les mesures d’accompagnement lancées pour aider les planteurs, on dénombre l’opérationnalisation d’une deuxième récolteuse de canne à sucre, le versement d’une avance de récolte de 80% sur le prix garanti du sucre (Crop 2022) aux planteurs produisant jusqu’à 60 tonnes de sucre sur la base du prix de l’ex-Mauritius Sugar Syndicate, la préparation des terres sur une période de deux ans, l’augmentation de l’allocation de fonds dans le cadre du programme d’engrais anticipé de Rs 105 millions à Rs 125 millions pour tous les planteurs ayant une culture de moins de 100 tonnes. Le coût maximum autorisé dans le cadre de ce programme est de Rs 1 310 par sac de 25 kg d’engrais, contre Rs 981 par sac de 25 kg l’année dernière.Un système de bons sera mis en place à partir du jeudi 15 septembre dans tous les Farmers Service Centres.

De son côté, le ministre du Développement industriel, des PME et des Coopératives, Soomilduth Bholah, a déclaré que les champs de canne à sucre ont été cultivés dans différentes conditions à travers l’île, notamment par rapport aux conditions météorologiques, au type de terrain, à la fertilisation et l’irrigation.

Par conséquent, a souligné le ministre, il était impératif que toutes les autorités compétentes s’associent pour rechercher les services d’un expert disposant des connaissances, du savoir-faire technique et de l’expérience nécessaires en vue d’améliorer les rendements de la culture de la canne à sucre en concevant les techniques appropriées aux différentes régions.

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour