Un atelier de travail, organisé par la commission des Arts et de la Culture, et animé par l’Akademi Kreol Rodrige (AKR), s’est penché sur les règlements et les conventions pour l’écriture du créole rodriguais. Un calendrier d’activités ainsi que plusieurs projets dans ce sens ont aussi été proposés dans le but de les vulgariser et, ce faisant, toucher l’ensemble de la population rodriguaise en ce qui concerne « lekritir kreol rodrige ».

La présidente de l’AKR, Florence François, explique que l’objectif de cette journée de travail est de passer en revue les conventions et les règlements qui régissent le projet ‘lekritir kreol rodrige’. « Pli inportan zordi, seki nou met enn kalandrie travay pou nou kapav avanse. Depi enn an ki lakademi existe, finn ena enn travay ki finn fer. Nou bizin get lor papie ki ti donn nou konsernan Vision Statement lakademi ek bann lobzektif ki lakademi bizin ategn. Enn gran travay pe atann nou, me nou bizin komans kelkepar », dit-elle.

Pour la commissaire de tutelle, Rose de Lima Edouard Ravina, il y a un « réel besoin » de définir un plan d’action pour l’AKR dans les court, moyen et long termes. « Lakademi pou gete ki bann priorite bizin atake parski sa lanela fer enn an depi ki bann konvansion finn gegn rann piblik ek finn avalize par lapopilasion. Donk se enn proze ki porte par lepep. Zordi apre enn an, nou bizin gete kot nounn arive ek ki ena pou fer », déclare-t-elle. Ajoutant qu’à un moment donné, « tou dimounn Rodrig bizin kapav ekrir kreol rodrige ».
Dans ce contexte, des séances de sensibilisation à travers l’île et dans tous les secteurs sont inscrites à l’agenda de l’AKR afin de s’assurer que « lekritir kreol rodrige » devienne accessible à tous. « Pou aprann enn langaz, nou bizin komans par ekoute, ekrir ek lir. Nou deza pe koze, me nou bizin aziste nou manier koze dan boukou fason ousi. Nou pou ekoute atraver bann son ek nou pou lir atraver literatir kreol rodrige ki deza eziste », souligne la commissaire.

Elle estime cependant impératif pour les écrivains rodriguais d’ajuster l’écriture de la langue créole rodriguaise, « parski dan lepase, nou finn trouve ki bann ekrivin zot ekrir kreol fason ki zot tande ek fason ki zot konpran, me zordi, ena enn kovension ki dir ki bizin ki tou dimounn kapav ekrir dan enn mem langaz kreol rodrige ». Elle poursuit : « Enn lot letap dan lazenda lakademi, seki nou bizin donn li letan, gete kouman li pe evolie, pou ki apre, kapav demontre ki kreol rodrige li vivan. » Rose De Lima Edouard Ravina estime également qu’il faut « donner le temps qu’il faut » afin que le créole rodriguais puisse prendre la place qui lui revient au sein des écoles primaires. Car, selon elle, une réflexion doit aussi être initiée sur l’enseignement du créole rodriguais dans les collèges. « Parski kan dan dezan bann zanfan pou konpoz lezamin kreol dan lekol primer, nou bizin prepare pou ki kreol-la aksesib kan li ariv dan kolez. Sa pou vinn enn de priorite pou AKR, parski bizin lans bann deba pou ki bann proze kapav ariv a matirite kan zour-la arive », explique-t-elle.

Rose De Lima Edouard Ravina souligne par ailleurs que l’avènement des 18 ans de l’autonomie de Rodrigues représente une transition entre les 18 années passées et les 18 années à venir. « Lakademi ousi, dan sa gran elan-la, bizin pozisionn li pou kone dan 18 an ki vini kot nou pou ete. Ena enn travay ki bizin met anplas pou konsolid lakademi. Nou finn dir ousi ki bizin ena enn linstiti kreol dan Rodrig », dit-elle.

Après avoir estimé que l’AKR est « un pas de géant » dans la mise sur pied de cet institut, et ce, « même si cela doit prendre des années », elle conclut que l’AKR doit préparer la présentation de ses projets et de sa mission, ce qui, selon elle, permettra à cette vision de « bien s’enraciner dans la culture rodriguaise » et dans le paysage linguistique de Rodrigues. À noter que Rose De Lima Edouard Ravina a salué le « travail formidable » effectué par l’AKR, qu’elle dit être « en bonne santé ».