- Publicité -

Edge Salon Barber Shop : Akshay, le barbier de Trou-aux-Biches qui révolutionne la barbe

Akshay Jandiappalasami est le barbier tendance du moment, spécialiste en “man grooming”. Pour se faire connaître sur les réseaux, il emploie les grands moyens, comme ce clip vidéo sur son Edge Salon avec un chanteur à succès. Toujours à la pointe de la mode, il est aussi enseignant à la Glam Esthetic Academy, où il se dit heureux de constater que les filles veulent également exceller le métier de barbier. Dans son salon, à Trou-aux-Biches, l’artiste barbier-coiffeur, qui est d’ailleurs aussi doué pour le bois, à en juger par les meubles de son salon, façonnés de ses mains, apporte une petite révolution dans le domaine de la mode. Comme pour faire de ces messieurs de vrai gentleman.

- Publicité -

Être barbier fait partie des professions à la mode. On nage dans plein style de barbes. Comme la barbe de hipster, sorte de barbe longue, entretenue selon la préférence de l’homme. Or, pour cette année, on est plutôt en phase avec la barbe dégradée, qui est le hair cut inversé. Les côtés sont rasés de près puis, au niveau de la mâchoire, les poils s’étoffent jusqu’au menton, qui possède plus de longueurs. Il y a plusieurs tendances de barbes, comme les rouflaquettes, sorte de touffe de barbe qu’un homme laisse pousser de chaque côté de son visage, ou les barbes naissantes de trois jours.

Et dans ce contexte, pour mieux traiter tous ces styles, entre alors en jeu le barbier de Trou-aux-Biches, Akshay Jandiappalasami. Ce spécialiste des poils du visage traque tous les défauts et redonne à l’homme son éclat. Le barbier d’aujourd’hui, comme le souligne Akshay, offre aussi d’autres services en parallèle, comme la coiffure, la coupe, la coloration (qui est aussi de mise pour les barbes ou la barbichette)…

A 27 ans, Akshay est passé maître en la matière; il sait manier habilement le rasoir, tout en ayant cette technique d’effilage pour mieux entretenir les poils sur le visage d’un homme, avec sa stratégie aussi à lui de tailler la barbe. Et pour les plus hardis, du colorant sur les barbes. Hormis le noir cendré, il y a aussi ceux qui choisissent le bleu, le blanc. Mais la couleur phare reste le sel poivre. D’autant plus que, modernisme oblige, le métier de Barber Shop s’exerce dans les salons de coiffure.

« Du taillé rasé… à l’effet mode »

 

Sur la table de travail d’Akshay, on trouve à la fois des ciseaux, un blaireau, une tondeuse, un rasoir, un peigne… Autant d’outils qu’il manie avec précision. C’est à l’âge de 16 ans qu’il se découvre l’art de la coiffure. Dans un premier temps, il s’achète une tondeuse et décide de prendre pour cobaye son petit frère. « C’était plus pour le fun et pour me mettre dans la peau d’un coiffeur. J’y ai vite pris goût, et une fois le diplôme de HSC en poche en sciences et art au Collège London, j’ai pris emploi dans un bureau spécialisé en IT, mais sans pour autant oublier ma passion de métier de coiffeur et barbier. »

Il pourrait rester des heures à conter son aventure, tant le sujet le passionne. A voir son salon bien décoré, d’un bois précieux qui lui sert de table de réception, des palettes de bois reconverties en sofa pour les clients, Akshay avoue modestement qu’il a conçu son mobilier de ses mains. Car l’homme est aussi doué pour la menuiserie.

Estimant que son boulot dans l’informatique ne lui convient pas, Akshay entame un virage à 180° et décide d’ouvrir un salon à Roche-Bois. Étant originaire de Tranquebar, avec des amis venant d’un milieu modeste, Akshay décide d’en faire ses premiers clients, et ce, à un prix raisonnable, qui enchante tout un chacun. « Avant, on faisait du taillé-rasé. Il n’y avait pas vraiment cet effet de mode. Les gens étaient heureux d’avoir un coiffeur dans le coin. »

Fort de son succès, Akshay décide de renforcer ses compétences à travers des formations, ce qui l’amènera à faire une première escale comme étudiant chez Marion Coiffure, lui permettant d’office d’ouvrir son premier salon Edge à Roche-Bois. Il y réalise des rasages, sculpte la barbe, exécute les coiffures les plus élaborées, fait de la mise en forme de moustaches…

Avec lui tout est question d’harmonie du visage. Le temps aidant, il peaufine son art et Edge Salon The Barber Shop, le deuxième, est ouvert à Trou-aux-Biches. Sur les réseaux sociaux, il engrange un maximum de “Likes”. Pour avoir eu l’idée d’ouvrir un deuxième salon, le déclic s’est vraiment fait lors de son recrutement à bord d’un bateau de croisière. Une expérience qui, dit-il, lui a permis d’avoir une belle visibilité à l’international.

Ainsi, pendant huit mois, il sillonnera les mers, avant de rentrer au bercail peu avant le chamboulement lié à la pandémie de Covid. « L’expérience à l’étranger m’a ouvert les yeux, et j’ai décidé de concocter de petites vidéos en mettant en relief mon art. Elles ont généré des vues, et cela m’a permis d’accroître mon potentiel en choisissant d’ouvrir un deuxième salon Edge à Trou-aux-Biches. »

 

Adhérer aux compétences d’une coiffeuse-barbière

La notoriété est déjà au rendez-vous, et il se trouvera même embauché à la Glam Esthetic Academy pour y former ceux et celles désirant se lancer dans le métier de barbier. « Les filles aussi postulent au cours de barbier, où je leur enseigne la manière d’adapter les prestations au type de peau et de pilosité, car la barbe ne peut être rasée n’importe comment. Autrement, elle poussera dans tous les sens. Il faut maintenant changer les mentalités en amenant le client homme qui veut s’entretenir la barbe à apprendre à se laisser conseiller par une femme. » “Adhérer aux compétences d’une coiffeuse-barbière”… tel est alors le credo prôné par Edge Salon, qui encourage chaque étudiant et étudiante en formation à s’adapter au métier qui lui sied le mieux.

Akshay a aussi du style. D’abord dans sa présentation, plutôt classe. Ensuite, il y a sa personnalité, dont se dégage à la fois son côté perfectionniste, esthète et créatif. Il sait aussi faire preuve de sens relationnel et commercial dans les affaires. Pour lui, un coiffeur-barbier doit connaître la morphologie du visage de son client avant de proposer des coupes. « Le visage comporte aussi des soins, de la vapeur, sorte de “steam shave” pour rendre la peau plus douce en enlevant les points noirs. »

Il explique que même dans le métier de barbier, les techniques continuent d’évoluer. « Le “grooming” pour homme prend de l’ampleur à Maurice. Les hommes ont recours au gommage, au masque pour hydrater la peau. Les cheveux blancs sont d’actualité. Certains jeunes se teignent même en blanc. Mais la véritable couleur tendance pour la barbe reste le côté poivre et sel. Certains recherchent aussi à se colorer les cheveux en gris, mais cela reste quand même une couleur complexe. »

Les prix se situent dans la fourchette de Rs 300 à Rs 800, dépendant de la prestation voulue et si des soins sont compris. « Maurice a beaucoup évolué dans le domaine de la coiffure, de la mode. On a aussi des “hair wig” assez tendance pour ceux qui ont une calvitie bien visible et qui voudraient retrouver leurs cheveux d’autrefois. Même avec une perruque, ils peuvent faire leur shampooing. »

Akshay ambitionne d’ouvrir un autre salon dédié au “male grooming”, sorte de Gentlemen’s Corner pour hommes. Il a même diversifié son salon en proposant pour les femmes de l’onglerie. En dix ans de métier, il a gagné en maturité et se sert de ses connaissances comme d’un don à partager avec ses clients. Il distille les meilleurs conseils pour que chaque homme puisse s’épanouir pleinement en acceptant son corps, en mettant en avant ses atouts et en prenant soin de lui le plus naturellement possible.

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour