- Publicité -

Gimme Your Dress : Apprêter une robe de mariée d’occasion pour de nouvelles noces

Née en France en région parisienne, Magali Kinzonzi vit à Maurice depuis 2007. Depuis quelques mois, elle est la fondatrice de Gimme Your Dress qui donne une seconde vie aux robes de mariée. En juin 2021, son projet est sélectionné, lui permettant d’obtenir le deuxième prix du concours, le prix Coup de Cœur du jury, lors du Test Drive de la Turbine. Son rêve est de faire voyager Gimme Your Dress sur la zone océan Indien, La Réunion en premier, puis l’Afrique et au-delà.

- Publicité -

L’aventure de Magali Kinzonzi démarre à la suite d’une rencontre avec une amie réunionnaise qui lui a fait part de ses contraintes d’avoir acheté sa robe de mariée à un prix qui a dépassé ses attentes et qu’elle n’a portée qu’une fois. Au fil de la conversation, Magali Kinzonzi se pose une question fondamentale : « Que deviennent ces robes de mariées après la cérémonie ? » Elle s’enquiert auprès d’autres amies qui lui révèlent que leurs robes conservées dans le placard prenaient de la poussière. Certes, chaque mariée veut bien conserver sa robe pour sa valeur affective et sentimentale, alors que d’autres souhaitent les recycler.
À partir de ces doléances, Magali décide de créer un dépôt-vente pour permettre à d’autres femmes de vendre, louer ou même d’acheter une robe de mariée. « J’en ai vendu certaines en occasion par le bouche-à-oreille. Gimme Your Dress était né ! Et j’ai trouvé ce nom “Donne-moi ta robe” en français assez sympa puisque c’est ce que j’ai demandé à mes amies pour commencer ce business : “Donnez-moi vos robes !” Et en anglais évidemment ça sonne quand même un peu mieux ! »
L’entrepreneuse dit que toutes ses robes portent l’empreinte de celles qui les ont portées, mais avec ce petit côté unique qui fait toute la magie de son projet. Les robes de mariées les plus convoitées de sa collection sont à la fois bohèmes, épurées. Même les robes sirène ont la cote. Le rôle de Magali Kinzonzi est précisément de conseiller et d’aider ses clientes à trouver la robe idéale.
Pour récupérer les robes de mariées, Magali a créé sa plateforme sur la page Facebook Gimme Your Dress. Et parfois, elle communique directement via WhatsApp avec de potentielles clientes qui veulent recycler leur robe. Le procédé est simple : « Ces dames m’envoient des photos, me fournissent les éléments clé de la robe : la taille, le prix auquel elles souhaitent la vendre et je procède ensuite à une mise en relation entre vendeuse et acheteuse, en faisant de la promotion sponsorisée via les réseaux sociaux. Cette première étape est totalement gratuite. C’est uniquement lorsque la robe est vendue que Gimme Your Dress prend 10% sur le prix de vente. Il n’y a pas vraiment de critères mis à part le fait que la robe doit être propre, sans déchirure apparente, sans tache indélébile et, quand même, dans l’air du temps. Il est évident qu’une robe datant de 1990 aura beaucoup plus de mal à se vendre et à trouver preneuse ! »

Un bon moyen de faire des économies

La plateforme de Magali insuffle un nouveau dynamisme au marché grâce au prix abordable proposé aux mariées. Car en général, une robe de mariée neuve peut revenir à Rs 25 000. Avec Gimme Your Dress, la mariée peut convoler avec un prix de Rs 3 000 pour sa robe. D’autant plus que Gimme Your Dress propose aussi dans son escarcelle des robes de mariées indiennes ou musulmanes à moitié prix et même se doter d’une robe de créateur à prix moins onéreux. Magali évoque la tendance en insistant que le marché de l’occasion a le vent en poupe, par sa structure et ses plateformes en ligne.
L’interlocutrice poursuit que le succès d’un site comme Vinted a permis une vraie démocratisation du marché de la seconde main. « Les Mauriciennes l’ont compris : une robe de mariée seconde main, ce n’est pas la honte. En choisissant une robe de mariée d’occasion, on peut dénicher une tenue pas chère et bénéficier d’une réduction allant parfois jusqu’à 70%. On peut même s’en offrir deux afin de pouvoir se changer lors du grand jour. Autrefois jugé dévalorisant et très marginalisé, le marché de l’occasion est aujourd’hui le fer de lance d’un nouveau mode de consommation qui s’appuie sur des motivations écologiques, citoyennes ainsi que sur l’évolution des offres commerciales. »
Pour Magali Kinzonzi, acheter un produit d’occasion, ce n’est pas acheter de la mauvaise qualité. Et les gens l’ont bien compris. « Je pense que le marché de l’occasion s’explique essentiellement par le fait qu’il constitue pour les ménages un bon moyen de faire des économies et de s’offrir au passage une consommation plus vertueuse. Gimme Your Dress s’inscrit pleinement dans la logique d’acheter mieux. Acheter d’occasion, c’est l’antidote autoproclamé aux méfaits écologiques d’une industrie du prêt-à-porter ultra-toxique. La seconde main nous permet d’assouvir nos pulsions consommatrices sans vraiment culpabiliser. Et comme dit l’adage : le meilleur déchet est celui qui n’est pas produit. »
Outre la plateforme digitale (encore en construction) Gimme Your Dress permet à une femme de déposer sa robe dans un dépôt-vente physique (pour l’instant un seul dépôt est disponible sur l’île, à Albion) qui fonctionne comme une boutique. Magali, très méticuleuse dans son approche, a pensé à tout. Elle propose aussi des robes de cocktail et demande aux éventuelles clientes de la contacter pour les essayages et pour l’achat au dépôt-vente à Beau-Bassin. À ce jour, une dizaine de robes ont été vendues. Les clientes règlent le montant par Juice ou en espèces.
Dans le dressing de Gimme Your Dress, il n’y a aucune limite. Magali indique ainsi que certes les robes de mariées d’occasion sont présentées mais que sa plateforme a aussi pour vocation première d’être “vinted”. En résumé, tout se vend en passant par les accessoires de mariage, les bijoux, les chaussures et même les costumes des mariés.
« Gimme Your Dress, c’est aussi un répertoire qui rassemble tous les prestataires du mariage sur l’île. Je me suis rendu compte que ces derniers étaient peu visibles sur l’île et que leur savoir-faire mérite d’être mis en avant. Je connais pas mal de couturières, tailleur, coiffeuses, “wedding planner”, etc. qui se sont spécialisés dans le mariage mais qui ont du mal à faire connaître leurs services de manière optimale. En souscrivant à un forfait avec Gimme Your Dress, à partir de Rs 800 par mois, cela leur permet d’avoir un référencement, de la publicité et de bénéficier de la notoriété de ma plateforme », dira l’entrepreneuse.
Les avantages liés à Gimme Your Dress reposent sur les rencontres que génèrent ces mises en relation qui permettent de faire vivre une robe. Magali évoque aussi la solidarité féminine, la promotion de l’économie circulaire et l’éradication du gaspillage textile.

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour