- Publicité -

Jardin botanique de Curepipe : Des travaux sèment le doute chez des citadins

  • Le ministre de l’Environnement, Kavy Ramano, se veut rassurant
- Publicité -

Des travaux d’aménagement entrepris au coeur du Jardin botanique de Curepipe sur la berge de la rivière qui le traverse suscitent des inquiétudes parmi les familles curepipiennes qui fréquentent régulièrement cet espace vert. Alors que le flou prévaut au niveau de la municipalité de Curepipe concernant ces travaux, les conseilleurs attendent d’obtenir des précisions de la mairie; la création d’un parc spirituel est évoquée avec insistance.
En tout cas, les travaux ont déjà commencé. La résidence en pierre a déjà été démolie et la création d’une plateforme en béton est actuellement en bonne voie.

Une des premières personnes à réagir par rapport à ce projet a été Géraldine Hennequin qui, dans une lettre adressée au maire de Curepipe Hans Marguerite le 27 décembre dernier, fait part de son opposition à ce projet. « Le Jardin botanique est un espace de notre bien commun utilisé par les loisirs et est à peu près, avec le Trou-aux-cerfs, l’unique lieu vert destiné aux loisirs auxquels les familles curepipiennes peuvent prétendre. Tous les citadins y sont attachés indépendamment de leurs âges, classes sociales, croyances », affirme-t-elle. Elle souligne également le caractère historique de ce lieu créé en 1870 comme espace d’acclimatation des plantes exotiques et plantes endémiques des Mascareignes. « C’est un lieu de notre patrimoine naturel. Il abrite 17 espèces uniques à Maurice ainsi que le dernier Hyophorbe amaricaulis au monde », souligne Géraldine Hennequin.

Elle considère que la municipalité n’est pas mandatée pour ériger des espaces de culte. « Cela ne fait pas partie de vos missions que vous dépassez là visiblement avec beaucoup de zèle », écrit-elle. Elle poursuit en affirmant qu’« en tant que citoyenne qui aime ma ville, je m’oppose à cette démarche et vous soumets les questions suivantes: Qui a décidé de mener ce projet? Qui a évalué le bien-fondé d’un tel projet? Est-ce que les municipalités ont à charge de bâtir des espaces de cultes avec les deniers publics? Combien coûtent ces travaux ? Qui mène ces travaux ? Vous intervenez dans un jardin botanique. Avez-vous eu l’aval des autorités forestières et environnementales. Si oui, merci de produire sur votre site web la lettre de ceux qui autorisent une telle chose afin que nous puissions situer les responsabilités des uns et des autres », lance Géraldine Hennequin.

Amédée Darga, ancien maire de Curepipe, s’insurge contre ce projet. « En tant que Curepipien de quatre générations et en tant qu’ancien maire et député de la ville de Curepipe, je suis outré d’apprendre que le ministère de l’Environnement a l’intention de transformer le Jardin botanique de Curepipe en jardin spirituel qui, en langage mauricien, impliquera un lieu d’expression de cultes. Ce jardin botanique est par essence un patrimoine botanique historique de la ville et de l’ile Maurice. C’est un jardin avec des espèces uniques, un lieu de balade et de grand calme. C’est un lieu où se tenaient régulièrement, les dimanches, des concerts de musique de l’orchestre de la police et qui donc donnaient un air festif aux familles mauriciennes.

Amédée Darga poursuit que « s’il se confirme que le ministère a l’intention de transformer le jardin botanique en un jardin spirituel et que les travaux auraient commencé notamment par la démolition d’un bâtiment en pierres taillées, où vivait l’ancien gérant du jardin, j’appelle les Curepipiens à protester avec véhémence contre cette démarche ».

Kavy Ramano: « Rien de tel ! »
Le ministre de l’Environnement, Kavy Ramano, dément tout projet de création de parc spirituel au Jardin botanique de Curepipe. « Rien de tel », précise-t-il. Il observe que ce projet concerne la municipalité. Il s’agit de la stabilisation d’un espace utilisé depuis des années par des dévots lors de la fête du Cavadee.

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour