- Publicité -

Les particules fines émanant du volcan illuminent le ciel des îles de l’océan Indien

  • Les couchers du soleil spectaculaires à Maurice et La Réunion

Le coucher de soleil avait une allure particulière dans le ciel de l’Océan Indien ce troisième week-end  de janvier 2022. Les particules fines de l’éruption du Hunga Tonga, dans le Pacifique, ont ravivé les couleurs rouges, oranges et violet du crépuscule à Maurice, Rodrigues et la Réunion. Les gaz se diluant dans l’atmosphère, ils ne représentent aucun danger.

- Publicité -

Ces couleurs, plus chatoyantes que d’ordinaire, résultent de la diffraction de la lumière au moment de pénétrer dans l’atmosphère. Les nuances de rose et de violet sont particulièrement accentuées.

Le samedi 15 janvier dernier, le volcan Hunga Tonga, dans le Pacifique, entrait en éruption provoquant une onde de choc qui a parcouru le globe à environ 1 300km/h. Une activité volcanique qui a pour conséquence, encore aujourd’hui, la libération dans l’atmosphère de gaz et de particules fines.

Le nuage de cendres se situe entre 42,000 et 63,000 pieds en altitude et a bougé vers l’ouest à environ 45 nœuds. Ces aérosols sont parvenus jusqu’au ciel des îles de l’océan Indien pourtant à plus de 12000 km du lien de l’éruption du volcan des îles Tonga.

Tout s’est passé en 8 minutes aux Îles Tonga ! C’est très court. Souvent, les éruptions se compte en jours, en mois. Certaines durent même plusieurs années…Encore plus que son intensité, c’est la brutalité de cette éruption qui est exceptionnelle. Les spécialistes évoquent une grosse bulle d’air chaud qui serait montée dans l’atmosphère, et qui aurait en quelque sorte renversé l’air.

Du côté de la station nationale de la météorologie, la prudence est de mise pour lier ces effets optiques de la couleur du ciel au coucher ou le lever du soleil avec les nappes de cendres du volcan Hunga Tonga qui se trouvent en altitude. Les Mauriciens dont le spécialiste Vassen Kauppaymuthoo, océanographe et expert en environnement, qui ont observé le phénomène de visu, sont d’un autre avis d’autant que nos confrères réunionnais abondent dans le même sens pour expliquer le phénomène. La seule certitude scientifique est que les Mascareignes sont bien recouverts, depuis samedi dernier, d’une couche de particules fines provenant du volcan Hunga Tonga Ha’apai qui a connu une éruption massive le 15 janvier dernier.

 

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour