- Publicité -

Port : Des agents maritimes inquiets de la « poor productivity »

Des agents maritimes et des importateurs cachent difficilement leurs inquiétudes devant l’évolution de la situation dans le port et la réaction des principales conférences maritimes.

- Publicité -

Pour contourner ce grave problème, ils souhaitent voir le gouvernement agir à deux niveaux, notamment redresser la barre dans le port en matière de productivité et convaincre dans les faits que Port-Louis means to be a Maritime Hub in this part of the Indian Ocean. L’objectif est d’assurer une desserte régulière d’Afrique du Sud. Aux dernières nouvelles en ce début du mois d’août, le MSC Sweden ZF230R a signifié son intention de ne plus desservir Port-Louis.

Le message confirmant ce changement se lit comme suit : « All Indian Ocean Island cargo that was initially booked on MSC Denmark ZF231R, which was transferred to MSC Sweden ZF230R, will now be planned for MSC Shanelle ZF232R – expected to depart (ETD) Durban 14/08, expected to arrive (ETA) Port Louis 22/08.”

Toutefois, une précision de taille, les agents à Maurice sont informés que les dates susmentionnées ne sont que préliminaires et sont sujettes à des changements avec d’autres délais à prévoir. Les marchandises devant faire partie de ce voyage étaient prévues de quitter ce port d’Afrique du Sud le 9 août.

Mais les renseignements glanés par Le Mauricien de sources bien informées sont que « this consignment was due to leave South Africa since end of June… », soit déjà six semaines de retard avec des risques de rupture de la chaîne d’approvisionnement à Maurice.Les conférences maritimes ne se gênent nullement pour justifier ce désintérêt d’inclure Port-Louis dans leur circuit par le fait de « poor productivity experienced at Port Louis terminal currently ».

La communauté des importateurs et des agents maritimes se disent préoccupés par cette nouvelle tendance dans le domaine maritime. La solution onéreuse pour réduire au minimum les risques de pénurie à l’approche de la fin de l’année demeure le fret aérien. Mais les incidences sur les prix à être pratiqués pourraient s’avérer énormes pour les consommateurs, dont le pouvoir d’achat est réduit de manière dramatique.

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour