Ce mercredi 3 mars, le syndicat des pêcheurs a une nouvelle fois exprimé ses inquiétudes concernant la « concurrence déloyale » venant des importateurs de poissons. Il souhaite ainsi une « reprise urgente » du dialogue avec le ministère de la Pêche et de l’Économie océanique.

D’autant qu’avec les répercussions du confinement, dont la fermeture des frontières et l’absence de touristes, les pêcheurs ne parviennent plus à écouler profitablement leurs poissons sur le marché local.

« Sa pratik-la pe fini nou, e nanye pa pe fer. System la pa bon », a dénoncé Judex Ramphul, président du syndicat, face à la presse.

« Si nou permet Seselwa vinn vann poisson kot nou, be nou ki nou pou fer ? Minis Lapes ki pe donn sa bann permi-la », a souligné, de son côté, Mohamedally Lallmamode, secrétaire-général.

L’ensemble des membres du syndicat demandent aux acteurs concernés de suspendre l’importation de poissons qui « pénalise l’emploi local », affirme Judex Ramphul.

« Ils importent les mêmes poissons en provenance d’Inde, d’Indonésie, que nous pêchons, et les vendent deux fois plus cher. Ensuite ils viennent dire qu’il faut protéger les produits locaux », s’offusque-t-il.

Pointant du doigt le « mutisme » du ministère de la Pêche face aux nombreux problèmes du secteur, ils menacent de manifester devant le parlement afin que de trouver une solution durable pour sauvegarder leur emploi et valoriser leur activité dans le pays.