- Publicité -

Pouvoir d’achat – Mercuriale : La ménagère croise les doigts et laisse passer l’orage…

— À samedi néanmoins, les prix étaient encore abordables

Si les récentes fortes pluies ont été dans l’ensemble favorables aux cultures vivrières, la communauté des petits planteurs de légumes appréhende désormais l’arrivée des pluies torrentielles, voire de vents cycloniques autrement plus dévastateurs aux cultures. Ainsi, si dans les points de vente les prix affichés sont encore tout à fait acceptables, la ménagère croise désormais les doigts et attend passer l’orage…

- Publicité -

La pomme d’amour entre Rs 30 et Rs 40 le ½ kg ; le cresson à Rs 25 la botte ; le margoze à Rs 50 ; le giraumon entre Rs 25 et Rs 30 ; la laitue à Rs 30 l’unité ; le gros piment à Rs 100 le ½ kg : de manière générale, les prix des cultures vivrières affichés, samedi, à la foire de Plaisance (Rose-Hill) étaient à des niveaux acceptables.

Même si, suivant la loi de l’offre et de la demande, il faut s’attendre à une certaine hausse en prévision des périodes de jeûne pour la célébration des fêtes Cavadee  (4 février) et Maha Shivaratree (18 février).

Un des rares produits en manque ces jours-ci est le cotomili (coriandre), plante aromatique qui a largement souffert ces dernières semaines du manque d’eau. De nature très fragile, les fortes pluies de ces derniers jours n’ont pas manqué par ailleurs de laver littéralement les rares plantules qui avaient résisté à la sécheresse. Sinon, d’autres plantes aromatiques telles la menthe, le céleri ou le thym ont aussi souffert du manque d’eau de ces derniers temps. D’où leur relative cherté à la foire de Plaisance hier : Rs 25 la botte.

Dans les plantations, les cultivateurs sont unanimes à dire quand même que les fortes pluies des derniers jours ont été favorables aux cultures. À ce stade, en effet, il n’y a pas eu de trop-plein d’eau et le sol est encore capable d’absorber d’autres précipitations.

« Jusqu’ici, nous n’avons eu que des fortes pluies et, fort heureusement, pas de pluies torrentielles. Des grosses pluies intervenant après de longues semaines de sécheresse qui ont été, dans l’ensemble, bénéfiques aux cultures », fait valoir Éric Mangar, agronome et directeur du Mouvement Pour l’Autosuffisance Alimentaire (MAA).

Le spécialiste indique qu’il faut désormais croiser les doigts pour qu’aucun vent cyclonique violent ou qu’aucune situation de pluies torrentielles ne vienne endommager les plantations. Il rappelle à ce propos que le pic cyclonique ainsi que la période des fortes averses s’étendent jusqu’à au moins fin mars-début avril. D’ici là, comme chaque année à pareille période, il faut vivre avec l’idée de possibles pénuries de certains légumes et de cultures vivrières vendues à des prix astronomiques.

Ci-dessous, les prix des principales cultures vivrières comme affichés, samedi, à la foire de Plaisance (Rose-Hill) :

Cresson Rs 25 / botte

Pomme d’amour   Rs 30 – Rs 40 / ½ kg

Brède chou-chou   Rs 25 / botte

Margoze Rs 50 / ½ kg

Anguive Rs 30 – Rs 40 / ½ kg

Giraumon Rs 25 – Rs 30 / ½ kg

Haricot Vert            Rs 50 – Rs 60 / ½ kg

Laitue                       Rs 30 / l’unité

Gros Piment            Rs 100 / ½ kg

Bringelle                   Rs 25 – Rs 30 / ½ kg

Carotte                     Rs 30 – Rs 40 / ½ kg

Chou                         Rs 20 – Rs 40 / l’unité

Chou-chou               Rs 25 / ½ kg

Patole                       Rs 40 / ½ kg

Pipangaille               Rs 35 / ½ kg

Menthe                     Rs 25 / botte

Céleri                         Rs 25 / botte

Thym                          Rs 25 / botte           

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour