La campagne de « zet labou » semble s’intensifier à la suite de la révocation du DPM, Ivan Collendavelloo, cité dans l’enquête de la Banque africaine de développement sur des pratiques corruptrices.

Après la suspension de la PNQ sur St-Louis Gate, le député de la majorité, Bobby Hurreeram, rencontrant la presse a déclaré que « c’était un plan bien orchestré de l’opposition » pour « dédouaner Paul Bérenger qui est trempé jusqu’à la gorge ».

Joe Lesjongard a, lui, qualifié les actes de l’opposition d' »antidémocratique ». « L’Etat mauricien a reçu ce document sous des conditions strictes », a-t-il fait ressortir.

Il a ajouté que dès que Pravind Jugnauth a été en possession du rapport, « il a agi tout de suite », soulignant que le Premier ministre a partagé les informations qu’il est en mesure de partager.

Joe Lesjongard dit ne pas comprendre les agissements de l’opposition. « Kan evok nom Paul Berenger, zot azir diferanman. »

Il a condamné l’attitude de Paul Bérenger dans cette affaire. « Li’nn tou le tan dir ‘lamin prop’. Me kan dan enn sitiasion kot Premye minis pe dir ki lanket pe fer an tout transparans, leader MMM bizin zwe le jeu e asim so resbonsabilite ».

« Nou pa pe akiz personn e non pa tourn ledo a demokrasi », a-t-il ajouté.

Maneesh Gobin, de son côté, a affirmé que la population est « saturée » par les agissements de l’opposition au sein de l’Assemblée nationale. Il a pointé du doigt la position de Paul Bérenger. « Pou li, tou dimounn batiaria, tou dimoun kouyon. Zordi to pou bizin explike la. Li bizin poz limem sertin kestion », a-t-il déclaré.

Pour rappel, la Banque africaine de développement a transmis le résumé de l’enquête sur des pratiques corruptrices entourant des travaux à la centrale thermique de St-Louis. Pravind Jugnauth a dévoilé le document à Ivan Collendavelloo, qui est cité dans le rapport tout comme Paul Bérenger.