Photo Archives

À huit mois des 10es Jeux des îles (19-28 juillet), la présélection mauricienne d’athlétisme avance désormais sans Aurélie Alcindor. Détentrice d’une bourse sports-études au Cowley College en Arkansas depuis janvier 2017, la sprinteuse, spécialiste de 200/400 m, est rentrée au pays courant août et ne fait plus partie de la présélection mauricienne, avise l’Association mauricienne d’athlétisme (AMA). Selon certaines indications, Aurélie Alcindor aurait mis fin à sa carrière. Mais qu’en est-il de sa bourse sport études gracieusement offerte par le Trust Fund for Excellence in Sports (TFES) et le ministère de la Jeunesse et des Sports (MJS) ? 

De plus, son nom ne figure plus sur la liste des bénéficiaires de bourse de haut niveau de la High Level Sport Unit qui a été remise à jour pour la période octobre à décembre 2018. On se souvient qu’elle n’avait pas participé aux championnats de Maurice qui avaient eu lieu le 30 juin et encore moins aux championnats d’Afrique du Nigeria début août en raison d’une blessure. « Blessée à la cuisse (ischiojambier droit), elle est rentrée une première fois à Maurice le 21 mai, puis est repartie le 1er août aux États-Unis, avant de rentrer définitivement le 23 août.

Son cas de blessure a été référé par la Sports Medical Unit à un médecin dans une clinique à Floréal et le médecin nous avait bien confirmé sa blessure. Elle a donc obtenu les soins appropriés entièrement aux frais de l’AMA. Mais entre juillet et septembre, elle ne nous a jamais retourné sa fiche technique signée par son coach pour bénéficier de sa bourse », a indiqué le président de l’AMA, Vivian Gungaram. Reste qu’avant son départ le 1er août pour les États- Unis, la sprinteuse a vu sa bourse lui être renouvelée entièrement par le Trust Fund for Excellence in Sports (TFES) pour un montant Rs 200 000, alors que l’AMA lui avait offert son billet d’avion au coût de Rs 69 600.

Elle est donc rentrée aux États-Unis pour y poursuivre ses études à l’Oklahoma City University (OCU), après une année passée au Cowley College en Arkansas. Elle avait pu obtenir une bourse complète d’une année à cette nouvelle université équivalant à un montant de quelque Rs 1,2 million, soit $ 40 000, indique une source très bien informée. « Mais deux semaines après, elle m’a dit au téléphone qu’elle avait eu des problèmes avec son coach… Je lui ai conseillé de rapporter le cas au niveau supérieur. Et une semaine après, elle m’a appelé pour me dire qu’elle était rentrée à Maurice. Elle est venue à la fédération sans ses parents quelques jours plus tard…

Son coach Éric Milazar, qui l’entraînait ici jusqu’en janvier 2017, n’a pas non plus soumis sa fiche technique. Il lui a en vain demandé de produire un certificat médical », explique Vivian Gungaram. Dans les trois semaines qui ont suivi, l’athlète s’est rendue au TFES à la demande de l’AMA. « Sheila Seebaluck, CEO de cette instance, lui a demandé de produire les justificatifs financiers de sa bourse. Dès lors, Aurélie Alcindor a disparu sans laisser de trace. » Bref, Aurélie Alcindor, 23 ans, ne fait plus partie de la présélection mauricienne des 10es JIOI.

Avant son départ en janvier 2017, le MJS et le TFES lui avaient apporté leur soutien financier en lui remettant un chèque de Rs 240 000 en présence du représentant de l’AMA. Outre Aurélie Alcindor, deux autres athlètes étaient en situation délicate quant à l’octroi de leur bourse de haut niveau. Mais la marcheuse Prisca Manikion a réagi en retournant sa fiche technique à l’AMA mercredi. Par contre, le cas de Joanilla Janvier est toujours en suspens. Celle-ci évolue depuis janvier 2017 à Toulouse. « Après sa participation aux Jeux du Commonwealth en avril à Gold Coast, elle nous avait dit qu’elle ne pourrait participer aux championnats d’Afrique du Nigeria à cause d’une blessure. Mais si elle ne réagit toujours pas, sa bourse lui sera enlevée et elle s’exclura elle-même de la présélection des Jeux des îles. »