Le passage de la flamme dans les différentes régions avait suscité un engouement en 2003

L’effervescence entourant la tenue de la 10e édition des Jeux des îles devrait être à son paroxysme à l’arrivée et au cheminement de la flamme des Jeux. Ce sera donc le 9 juillet que la flamme arrivera à Maurice en provenance de La Réunion, pays organisateur de la dernière édition en 2015. Toutefois, la flamme sera directement acheminée à Rodrigues, qui abritera les compétitions de semi-marathon et de judo par équipes, pour ensuite revenir à Maurice le lendemain.

À partir de là, la flamme des Jeux sera acheminée sur un parcours de 550 km à travers différentes régions de l’île. Sa destination finale sera le stade Anjalay à Belle Vue, où la vasque sera allumée le 19 juillet au cours de la cérémonie d’ouverture. Il n’est pas à écarter également que la flamme transite dans les autres îles participantes. La décision revenant aux dirigeants du Conseil International des Jeux (Cij). Pour rappel, l’ancien véliplanchiste et nageur Jean-Claude Farla avait été le premier porteur de la flamme lors des JIOI de 2003, alors que la vasque avait été allumée par l’ancienne athlète Josiane Nairac-Boullé et l’ancien boxeur Richard Sunee.

Par ailleurs, le Comité organisateur des Jeux (Coji) s’attend que d’autres commanditaires se manifestent dans les prochains jours afin d’apporter leur soutien à cette manifestation. « Des signatures sont prévues au début du mois prochain, avec notamment un gold sponsor et un silver sponsor. Une bonne quinzaine d’autres sponsors sont également en négociations », a souligné Jean-Pierre Sauzier, Chief Executive Officer de cet organisme. Des pourparlers sont aussi en cours avec un commanditaire pour les véhicules des VVIP et VIP. Des appels d’offres seront lancés pour les opérateurs de transport à l’intention des sportifs et officiels.

Il est à noter que les représentants des différentes commissions du Coji avaient été sollicités mardi dernier lors de la seconde journée des travaux du Cij afin de présenter le travail effectué jusqu’ici. Un exercice qui a fait l’unanimité, selon les dires de Jean-Pierre Sauzier. « Ce fut une présentation limpide et transparente et les représentants de certains pays nous ont présenté leurs félicitations. Les représentants des différentes commissions ont effectué une présentation très détaillée, avec un support visuel. Ils ont été soumis à des questions pertinentes et ont donné des réponses convaincantes », a-t-il souligné. Selon le CEO du Coji, la situation se trouve sur la bonne voie à cinq mois des Jeux et à son avis, aucun retard flagrant ne devrait être enregistré, même au niveau des infrastructures. Il s’agira aussi à son avis de gérer la situation concernant l’hébergement et la restauration au niveau des huit hôtels retenus dans le nord de l’île.