Il avait fait appel d’une condamnation de 12 mois de prison pour possession de cannabis, et bénéficie de la liberté conditionnelle en attendant son procès en Cour suprême.

Entre-temps, Veer Luchoomun a fait une requête pour une levée de l’interdiction de voyager qui pèse sur lui car souhaitant se rendre en Chine et en Afrique pour des affaires. La police a objecté à sa demande. Devant la magistrate Nadjiyya Dauhoo en Cour intermédiaire en début de semaine, il a fait part de son souhait que l’on reconsidère sa demande.

Veer Luchoomun, frère de la PPS Sandhya Boygah et neveu de la ministre de l’Éducation Leela Devi Dookun-Luchoomun, a comparu en Cour intermédiaire en début de semaine, en compagnie de son homme de loi Me Neil Pillay, pour faire part de son intention de revoir sa requête. Il est prévu qu’il voyage le 11 juin et soit de retour au pays le 10 juillet prochain.

Compte tenu de l’objection de la police à son départ, les débats sont prévus pour le 23 mai 2018. Veer Luchoomun, gérant d’une maison de jeu dans le Nord, avait été reconnu coupable de possession de 10,3 grammes de cannabis, le 8 décembre dernier. Il avait été arrêté à son domicile à Rivièredu- Rempart, le 18 mars 2011.

La Cour intermédiaire lui avait infligé 12 mois de prison. Il a obtenu la liberté conditionnelle dans l’attente de son appel en Cour suprême. Veer Luchoomun devait aussi défrayer la chronique après avoir été arrêté l’année dernière avec un taux d’alcoolémie de 63 mg d’alcool. Il avait ce soir-là heurté mortellement un soudeur de 27 ans qui se trouvait à moto à Forbach.

Depuis le 4 décembre, une charge provisoire d’homicide involontaire pèse sur lui. Il avait pu éviter l’incarcération en se faisant admettre dans une clinique, le temps de sa rapide remise en liberté provisoire en Cour de Pamplemousses, contre une caution de Rs 12 000.