Si la Fédération mauricienne de Tennis avait perdu une place dans le Hit-Parade et aussi 0,5 pts en 2014, elle a fait pire cette année en dégringolant de six places, sortant de la 6e position pour se retrouver dans le ventre mou du classement, soit 12e. La discipline sportive de Yannick Noah, qui comptait a la base 3.5 pts, se retrouve désormais avec 1.5 pts seulement, perdant deux points pour absence de bons résultats des tennismen locaux, notamment lors des Jeux des Iles de l’Océan Indien (JIOI) et aussi le fait que l’ancien Directeur Technique National (DTN), le Kenyan George Oyoo n’a jamais réussi à trouver la bonne formule.
Le président Kamil Patel a également fait parler de lui, et pas de la meilleure des façons. Fidèle à son habitude, la FMT a proposé un calendrier étoffé pour ses licenciés qui ont eu beaucoup de tournois à se mettre sous la dent. Rien à reprocher au comité directeur dans ce sens car ce critère a été respecté à la lettre. Mais là où le bât blesse toujours, c’est au niveau des performances. Comme à chaque fois, c’est le plus gros bémol de cette fédération qui n’arrive toujours pas à trouver la bonne formule. Hormis quelques expatriés (que nous comptons sur les  doigts d’une seule main) qui arrivent à bien figurer, ils ne sont pas légions à s’être distingués lors des compétitions intercontinentales. Pire même, le JIOI en aout dernier (1-9 aout) restera comme une catastrophe avec une seule médaille de bronze remportée en équipe mixte. Et dire que certains avaient fait le déplacement a l’étranger pour bien se préparer en vue de ce grand rendez-vous régional mais ils sont tous passés à côté de leurs sujets.
Et que dire du président Kamil Patel, porte-drapeau de la délégation mauricienne à ces Jeux, qui a privé Julien Min Fa, jeune tennisman basé en France d’une place au sein de l’effectif nationale. Il faudrait choisir ; ou être président d’une fédération ou joueur, mais pas les deux à la fois. Le président aurait pu laisser la place à ce jeune qui était monté au créneau pour faire part de ses bons résultats enregistrés dans l’Hexagone. Nous ne remettons pas en doute la riche carrière de Patel mais à un moment donné, il faut savoir ce qu’on veut. Il faut également faire ressortir que dans les compétitions organisées par la FMT, ce sont toujours les Malgaches qui repartent avec le gros cash prize notamment en simple messieurs où Jacob Rasolondrazana est au-dessus du lot. Heureusement d’ailleurs qu’il y a le tournoi d’UBP (réservé aux locaux) sans quoi, les locaux repartiraient toujours bredouilles.
On est en droit de se poser des questions sur le travail de George Oyoo, qui, soyons honnête, n’a pas apporté grand-chose de concluant. Certes, les jeunes sont là (Les Ah Chuen, Rambojun, Lennon et autres) mais il faudrait qu’ils soient mieux encadrés pour être en mesure d’exister sur le plan continental. Espérons que la donne sera tout autre avec le DTN Syrien Ibrahim Mohamed qui aura du pain sur la planche.