2015 aura définitivement été une mauvaise année pour l’Associaton mauricienne de Handball (AMH). Alors qu’on attendait enfin à un réveil du handball mauricien, cette discipline a perdu des points et des places dans ce Week-End Hit Parade des Fédérations. 9e l’année dernière, elle a chuté de cinq places pour occuper le 14e rang. Elle aurait pu prétendre à mieux, malheureusement ses deux sélections (masculines et féminines) sont rentrées bredouilles des 9es Jeux des Îles de l’océan Indien à La Réunion.
Au niveau des résultats justement, force est de constater que les ressources investies dans la préparation n’ont pas porté leurs fruits. Malgré la venue des équipes réunionnaises et le déplacement des sélections vers La Réunion, les résultats ont été catastrophiques. Les clubs locaux n’ont eux pas été en mesure de briller lors de la Coupe des Clubs de l’océan Indien (CCOI) organisée à Maurice en novembre dernier, au gymnase de Phoenix. Seule la formation masculine du Curepipe Starlight SC est parvenue en demi-finale, alors que l’USBBRH (masculins et féminins), Curepipe Bluestar (féminin) et l’AS Vacoas/Phoenix (masculin) sont tous passés à côté.
Sur le plan administratif et de la gestion, l’AMH s’en est plus où moins bien sortie. Il faut d’ailleurs saluer le bon travail effectué pour trouver des sponsors dans la préparation de ses deux sélections et ce, même si la façon de faire de Daniel Gérard est contestée. On peut aussi parler d’une certaine stabilité au niveau du comité directeur. Certes, le vice-président Christian Francis a pris ses distances de la fédération, il n’empêche qu’il a mis ce départ sur le compte de ses engagements personnels.
On aura aussi constaté une certaine solidarité au sein de l’AMH, car tout le monde est resté soudé derrière le président Daniel Gérard, lorsque le ministère de la Jeunesse et des Sports a refusé de décaisser la somme demandée par Daniel Gérard pour l’organisation de la CCOI. Une compétition que la fédération a prise en main après le désistement de Rodrigues. Au niveau de son calendrier, l’AMH a respecté ses engagements envers ses licenciés en organisant toutes ses compétitions programmées.
Pour conclure, nous sommes d’avis que l’AMH aurait dû mettre plus d’emphase au niveau de la base en allant vers les régions pour monter des écoles de handball. Car il est un fait flagrant que depuis des lustres, le nombre de licenciés n’a pas connu de hausse conséquente.