Les années passent et se ressemblent pour le volley-ball local qui n’en finit plus de patauger dans les bas-fonds du classement du Hit-parade des fédérations. Comme toujours, les raisons principales étant  les conflits internes secouant la discipline et le manque de résultats. En effet, les performances n’ont pas été au rendez-vous sur le plan régional ou encore sur le plan continental. Sans oublier le baroud d’honneur entrepris par l’ancien président de l’Association mauricienne de Volley-Ball (AMVB), Bharun Teeroovengadum, en guerre ouverte avec Fayzal Bundhun et sa bande. Autant dire qu’on est bien loin d’être sorti de l’auberge…
En terme de mauvaises performances, ce qui vient tout de suite en tête est la mauvaise prestation aux Jeux des Iles de l’Océan Indien (JIOI) en aout dernier (1-9) à La Réunion. Qu’on ne se voile pas la face, les deux médailles de bronze obtenues par les deux sélections nationales ne sont pas l’arbre qui cache la forêt. D’autant que chez les dames, les filles ont bénéficié du retrait des Réunionnaises suite à la suspension de Myriam Kloster. En ce qu’il s’agit de la Coupe des clubs champions de la zone 7 (CCCZ7), seules les filles de Guito Lepoigneur sont revenu avec la médaille de bronze autour du cou tandis que Camp Ithier (champion de Maurice) est complètement passé à coté au même titre que Trou-aux-Biches Sharks. Comment passer sous silence la faiblesse de notre championnat respectif notamment en feminin.
Il faut également spécifier que le DTN Fabrice Chalendar n’a pas été en mesure de trouver la bonne formule. D’autant que la fédération faisait des pieds et des mains pour l’arrivée d’un DTN. Ajouter à cela, la guerre qui se poursuit entre les frères Teeroovengadum. Le secrétaire général, Kaysee et son frère ainé, Bharun, ainsi que l’actuel président Fayzal Bundhun sont au coeur des polémiques. Toujours les mêmes problèmes qui refont surface, un souci de non-affiliation du club de Camp Ithier VBC. Venant s’ajouter à cette liste le Goodlands Young Stars VBC, ou encore des transferts pas respectés, autant dire que la situation est grave. Un jeu de pouvoir qui ne fait pas de bien à la fédération. Ou en est la formation ? C’est également une question qui mérite d’être posée. A noter toutefois que la sélection féminine de Beach volley est toujours en quête d’une qualification olympique. D’ailleurs,  ce sport sauve un peu l’honneur de cette AMVB malade qui continue de perdre du terrain.