L’invitation est lancée à l’égard de « tous les Mauriciens », a déclaré Julien Christine, de l’Association Socioculturelle Rastafari (ASR), lors d’une conférence de presse ce jeudi. Ainsi le 1er février, à l’occasion du 184e anniversaire de l’abolition de l’esclavage à Maurice, l’ASR tiendra son pèlerinage annuel au Morne.

« Nous invitons la population générale à venir ressentir ce sentiment qu’il y a à cet endroit », a encouragé Julien Christine. La marche commencera à 11h, le 1er février, aux abords du Village Hall du Morne, et se terminera au Lieu de la Résistance, au pied de la montagne du Morne. « Tous les pèlerins marcheront ensemble dans une même direction », a-t-il ajouté.

Le pèlerinage comprendra notamment un dépôt de gerbes et un nyabinghi (prières et louanges), de même que des réflexions sur une panoplie de sujets. « C’est un devoir pour nous et tous les Mauriciens d’accomplir ce pèlerinage chaque année », a affirmé Julien Christine.

« Il est important de connaître notre histoire. Parski nou bann anset esklav ti zet lekor depi montagn Le Morne. Et le 1er février nous rappelle cela. Nous devons respecter ce lieu, ce patrimoine mondial donné par l’Unesco ».

En outre, l’ASR lance un appel au Morne Heritage Trust Fund afin que « des toilettes et un kiosque » soient aménagés sur le lieu de la résistance. Une demande faite il y a « environ dix ans de cela ».

De son côté, José Rose, porte-parole de l’ASR, a notamment évoqué « le communautarisme et l’injustice » que subissent les descendants d’esclaves et les rastas. Revenant sur la présence croissante de l’Inde tant à Maurice qu’à Agaléga.