En tant que citoyen de la République de Maurice, je tiens à rendre hommage au PMSD pour sa contribution à faire de Maurice ce qu’elle est aujourd’hui.

Philippe G-Olivier BARBE
Citoyen de L’île Maurice

Bien que le PMSD était contre le “timing” de l’indépendance en 1967, la contribution de ce parti sous l’impulsion de l’illustre fils du sol sir Gaëtan Duval “SGD” est incontestable. D’ailleurs, il a sacrifié son parti et sa carrière politique pour que Maurice puisse connaître une période post-indépendante sans effusion de sang et politiquement et socialement stable. Nous sommes un des rares pays africains à avoir eu cette chance. Lors de la conférence constitutionnelle à Londres, SGD avait apporté sa contribution ; il insista pour qu’il y ait des institutions indépendantes dans le pays.

Quand tous les partis politiques d’alors se gargarisaient de philosophie socialiste, communiste et marxiste, SGD prônait une philosophie sociale démocrate. La vision de SGD reposait sur le libéralisme, l’ouverture et la solidarité. Il prônait une “libéralisme à visage humain”. Aujourd’hui, il est un fait que tous les gouvernements ont suivi la politique du PMSD.

Après l’indépendance, alors que le pays était économiquement à genoux avec un taux de chômage à deux chiffres, le PMSD avait deux choix, soit faire la coalition pour bâtir le pays ou se servir de la situation et galvaniser ses troupes en vue de prendre le pouvoir lors du prochain scrutin car la situation allait certainement se détériorer. Le patriote Duval a préféré placer ‘l’île Maurice avant tout’.

À l’époque, Maurice n’avait que le secteur sucrier comme moteur de l’économie et cela n’était pas suffisant. SGD s’est donc tourné vers l’industrialisation et l’ouverture sur le monde, c’est-à-dire le tourisme pour diversifier l’économie. Grâce à la forte relation diplomatique de sir Gaëtan, l’île Maurice accueillit des groupes hôteliers internationaux de renom; ce fut la base du boom économique que nous avons connu dans les années 80!

C’est toutefois dommage que nous avons eu des anti-patriotes qui ont essayé d’empêcher la diversification de l’économie prônant la nationalisation. Pourquoi n’avaient-ils pas appliqué ce système quand ils étaient au pouvoir s’ils étaient sincères? Imaginons Maurice sans le tourisme et sans la Zone franche?

La relation diplomatique du PMSD a fait briller Maurice; c’est dû à l’intervention du leader charismatique des bleus que Maurice a pu adhérer à l’OCAM entre autres. SGD côtoyait des personnalités politiques et artistiques tels que Michel Debré, Rajiv Gandhi, Jacques Chirac, la famille royale d’Angleterre, Chantal Goya, Michel Sardou, Johnny Halliday et Carlos. Cette relation rejaillira grandement à faire connaître Maurice au monde.

Le PMSD a laissé ses empreintes dans tous les piliers de l’économie du pays. SGD malgré qu’il était chef de l’opposition négociait avec ses amis étrangers pour le protocole sucre en collaboration avec sir Seewoosagur Ramgoolam et sir Satcam Boolell. Ces trois hommes ont fait preuve de patriotisme et de grandeur d’âme. À noter que sir Claude Noël et Raymond Chasle ont aussi apporté leur soutien à ces trois grands tribuns.

Plus tard dans les années 90, le PMSD lutta pour la double nationalité, la réintroduction du subside sur le riz ration et l’abolition de la peine capitale. Le PMSD a aussi contribué à l’émancipation des travailleurs. SGD revendiqua le 13e mois et le COLA. Une autre figure de proue du PMSD, Hervé Duval (Vévé) qui fut un des premiers présidents du syndicat du service civil, a aussi marqué l’histoire dans le secteur du logement quand il était ministre de tutelle.

L’éducation n’a pas laissé le PMSD insensible. Sous l’impulsion de SGD, les Mauriciens bénéficient de beaucoup de facilités pour étudier en France; d’ailleurs, Maurice est le premier pays à bénéficier de l’Alliance française. L’ancien PM adjoint SGD a aussi fait que Maurice bénéficie de l’aide de l’Agence française de développement.

Après le départ inattendu de SGD en 1996, les bleus continuent à œuvrer pour le pays. En 1999, lorsque l’alliance PTR/PMXD remporta l’élection partielle dans le fief du MMM au N° 20, le nouveau N° 3 du gouvernement d’alors XLD lutta pour qu’il y ait un plafond au taux d’intérêt applicable sur les « hire purchase ». XLD continue à suivre la philosophie que prônait son père pour aider les plus démunis; son passage au ministère de l’Intégration sociale fut une aide précieuse pour ceux au bas de l’échelle.

Le PMSD a aussi eu l’occasion à travers son leader de gérer le ministère des Finances et il y a eu des mesures d’envergure comme le Y.E.P, des « schemes » pour les PME, entre autres. Tout récemment en 2014, le PMSD a sauvé la démocratie du pays en refusant de s’associer au Prosecution Commission Bill qui aurait empiété sur les pouvoirs du DPP.

Je dédie humblement un extrait de Sainte Beuve à sir Gaëtan Duval, Q.C, G.C.S.K:  « À chaque tournant de siècle, il y a eu de ces hommes puissants qui donnent le signal… qui donnent du coude à l’humanité et lui font changer de voie. »