Les aveux de Rupen Patel, Chief Executive Officer (CEO) du groupe indien Patel Engineering, promoteur du projet de Neotown aux Salines, alimenteront à coup sûr la controverse au sujet des circonstances qui ont débouché sur l’allocation de 60 arpents de « Prime and Strategic Land ». Avec les délimitations du tracé de l' »Harbour Dream Bridge » enjambant le port déjà déterminées, les premiers travaux sur le chantier de Neotown devront démarrer très bientôt, d’autant plus qu’à la fin du mois dernier, le conseil des ministres avait pris note du plan et du calendrier de travail des promoteurs indiens. Mais, dans la conjoncture, ce qui pourrait passionner le plus devrait être les commentaires du CEO Rupen Patel lors d’une présentation en Inde du Mauritius Project à un parterre d’actionnaires et de partenaires. Pour convaincre les plus sceptiques lors de cette « Q2 Financial Year 2011 Results Conference Call » à la fin de l’année dernière, le patron de Patel Engineering s’est appesanti sur des maîtres mots: « carte blanche » et « concessions du gouvernement mauricien ».