Les Jeux des Îles de l’océan Indien (JIOI), les Championnats d’Afrique et la prochaine session de l’ACNOA ont été les points discutés lors d’un point de presse tenu par Philippe Hao Thyn Voon, président du Comité olympique mauricien (COM) et du Conseil international des Jeux des Iles (CIJ). Ce dernier a d’emblée exprimé ses inquiétudes par rapport à la préparation du Club Maurice en vue des 9es jeux prévus du 1er au 9 août prochain à La Réunion. Par rapport aux difficultés dont font face les Comores pour respecter leurs engagements pour organiser les 10es JIOI,  Philippe Hao Thyn Voon a indiqué que Maurice se tient prête pour prendre en charge cette compétition. Pour ce qui est des qualificatifs des Jeux olympiques, il a précisé que les championnats d’Afrique pourraient ne plus être pris en considération.
« La situation est inquiétante. À quatre mois des Jeux  des Îles de l’océan Indien (JIOI), nous ne sommes pas encore prêts. » C’est ce qu’a déploré Philippe Hao Thyn Voon, le président du Conseil International des Jeux (CIJ) jeudi dernier, lors d’un point de presse. Ce dernier, n’ a pas caché son inquiétude concernant les chances mauriciennes à La Réunion. « Les préparations sont à la traîne à l’image du basket-ball et autres sports d’équipes. Les présidents de ces fédérations sont toujours à la recherche d’un Directeur Technique National (DTN) alors qu’ils devraient être en train de  se préparer pour le grand jour. Cela ne sera pas une surprise si nous terminons à la 3e place ou pire lors de ces jeux. Car cela sera difficile pour la sélection mauricienne de faire mieux que l’édition précédente où ils avaient remportés 37 médailles d’or », estime Philippe Hao Thyn Voon. Cependant, ce dernier a tenu à faire ressortir que « le football et le badminton entre autres, sont nos meilleures chances dans le tournoi. »
Lors de ce point de presse,  Philippe Hao Thyn Voon s’est apesenti sur l’autre édition à venir des JIOI qui devrait se faire aux Comores « mais sous certaines conditions », note le président. Il a précisé que lors de la dernière visite du CIJ sur l’île, il y a deux ans,  et ce dans l’optique de lui attribuer l’organisation de ces jeux, les Comoriens manquaient d’infrastructures. Selon lui, « hormis un terrain de foot pour les matches et qui servira également pour la cérémonie d’ouverture et de clôture, nous nous sommes retrouvés face à des terrains vagues. L’entretien de la piscine laissait à désirer. Il n’y avait même pas d’eau dans le bassin et les routes n’étaient même pas asphaltées. Or, le CIJ exige au moins sept disciplines olympiques pour soutenir leur candidature. Valeur du jour, il n’y a rien de concret. »
Il a ajouté qu’une délégation du CIJ fera un état des lieux le 5 mai. Si les choses tardent à bouger, les Comores devront repasser avant de pouvoir abriter les premiers Jeux des îles sur leurs terres. Après 1998, 2003 et 2007, l’archipel des Comores ne convainc toujours pas en matière organisationnelle. Les circonstances verront ainsi Maurice comme le prochain pays organisateur des JIOI 2019.
« Les championnats d’Afrique à la croisée des chemins »
Concernant les Championnats d’Afrique qui se tiendront au Congo-Brazzaville, il se peut qu’ils ne soient plus considérés comme étape qualificative pour les Jeux Olympiques de Rio en 2016.  » De ce fait, plusieurs disciplines ne pourront être qualificatives pour les Jeux Olympiques. Les championnats d’Afrique sont à la croisée des chemins », avance Philippe Hao Thyn Voon. Cependant, rien n’est encore finalisé.  » Il se peut que nous organisions d’autres Jeux cette année, afin de donner la chance aux athlètes africains de se qualifier pour les JO de 2016. Une délégation de l’ACNOA abordera le sujet avec l’Union Africaine le mois prochain », fait-il ressortir.
ACNOA: la 47e session se fera à Maurice
Par ailleurs, Maurice a été désignée pour accueillir  la prochaine session de l’Association des Comités Nationaux Olympiques Africains (ACNOA). C’est ce qui ressort  de la 46e session de l’ACNOA qui s’est tenue au début de cette semaine à Sao-Tomé et Principe. « 53 pays africains seront présents ainsi que l’Allemand Thomas Bach, président du Comité international olympique (CIO) et le président de l’Association des Comités Nationaux Olympiques(ACNO), le Koweïtien Ahmad Al-Fahad Al-Sabah. La 47e session se fera soit au Centre de Conférences de Grand-Baie soit au Centre Vivekananda à Pailles, rien n’est encore décidé », souligne Philippe Hao Thyn Voon, président du Comité olympique mauricien (COM) et 3e vice-président de l’ACNOA.