UT

À chaque instant, il vous parle, inscrit dans votre corps, il lui donne vie. Il vous a donné son souffle, vous ne pouvez être sans lui. A chaque instant, il vous parle, sa langue n’est pas celle des mots mais celle des signes, il vous éprouve par la force de la beauté et l’infini majestueux. Les signes sont partout mais vous avez choisi de ne pas les voir.

A chaque instant, il vous rappelle son souvenir. Je vous aime, vous dit-il, revenez à moi, revenez au plus important, vous êtes ma créature. A chaque instant, il vous propose le spectacle du monde, ne voyez-vous donc pas que tout est faux ou presque, ne voyez-vous pas ce que sont les hommes et le monde, ne voyez-vous donc pas leur précarité, pourquoi désirer l’éphémère ? A chaque instant, il vous rappelle à l’essentiel, contemplation, prière et humilité. Votre unique devoir est celui du dénuement, ce n’est qu’en s’abandonnant à lui que vous vous appartenez véritablement.

A chaque instant, il vous fait don de la permission de la foi, il vous suffit, pour ce faire, de fermer les yeux, de taire les exigences du désir, de vous oublier, de vous oublier en Lui. Vous savez que c’est le plus beau des dons, celui du sens et de la vérité. A chaque instant, il vous est offert la lumière, il n’est de plus belle lumière, non celle fugitive et lasse qui est l’œuvre du désir mais une lumière éternelle, Sa lumière. A chaque instant, il vous est donné le choix de faire le deuil de la vie pour renaître à la vie, à la vraie vie, à chaque instant.