L’accident fatal à Sorèze en mai 2013 ayant causé la mort de dix personnes et plusieurs blessés

Une passagère de l’autobus de la CNT victime d’un accident tragique à Sorèze en 2013, et qui avait coûté la vie à dix personnes, a finalement obtenu une compensation de la compagnie de transport six ans après le drame. Elle avait réclamé Rs 5 M de dommages à la CNT, à qui elle reprochait une rupture de contrat et un manquement à ses responsabilités envers ses passagers. Après un accord à l’amiable, la CNT a accepté de payer Rs 600 000 à cette habitante de Vacoas.

Dans sa plainte logée en juin 2018, cette habitante de Vacoas réclamait des dommages à la State Trading Corporation et à la SICOM. Elle se trouvait à bord de l’autobus (4263 AG 07) de la compagnie avec d’autres passagers, dont ceux ayant perdu la vie ce jour fatidique. Dans sa plainte, elle avait expliqué que la CNT avait failli à sa tâche d’assurer la sécurité de ses passagers et que cet accident lui a porté préjudices, car ayant subi des blessures et été traumatisée.

Rappelons qu’après avoir pris connaissance des conclusions de la commission d’enquête initiée en Cour intermédiaire et conduite par la magistrate Ida-Dookhy Rambarrun, sur l’accident fatal survenu à Sorèze le 3 mai 2013, le Directeur des poursuites publiques (DPP), Me Satjayit Boolell, avait demandé à la police d’initier une enquête approfondie sur cet événement tragique. La commission d’enquête avait été conduite pour faire la lumière sur les circonstances de l’accident ayant coûté la vie à dix personnes, dont le chauffeur de la Blue-Line, appartenant à la CNT.

La magistrate siégeant en Cour intermédiaire avait attribué les causes de l’accident à des freins défectueux et à la non-activation des freins à mains, à savoir les freins d’urgence. Ces freins auraient stoppé le bus dans sa folle course instantanément. Le DPP voulait connaître les raisons pour lesquelles les freins ont lâché. Cette enquête n’a cependant rien donné par la suite.

Pour rappel, les dix victimes de ce dramatique accident, qui avait provoqué un vif émoi dans tout le pays, sont Deepchand Gunness, le couple Sanjay et Priya Ujoodha, la ressortissante chinoise Hu Jiang Chan, Shakuntala Ramdaursingh, Ruth Marie Moutou, Amreen Bibi Lallmamode, Delphine Pokhun, Devesh Cheeneebash et Kamla Devi Soobroydoo.